MORT AUX CONS

les chroniques de la mauvaise humeur

Parler pour ne rien dire.

Posted by Kuhn sur octobre 27, 2008

Vous en connaissez sûrement, ces gens qui parlent pour ne rien dire, ou plutôt qui enrobent leur discours de cette indigeste couche d’expressions toutes faites et totalement inutiles. Ils sont nombreux, à croire que sous prétexte de faire des phrases de quarante huit mots dont un tiers font plus de trois syllabes, ils ont la science infuse. Ah oui, ça sonne hyper intelligent, mais seulement si on fait semblant d’écouter! En faisant un tout petit peu attention, on se rend vite compte que les trois quarts de la phrase ne veulent absolument rien dire…

Oui, on a tous quelques affreux tics de langage, accessoires bien inutiles de notre rhétorique. Pour vous donner un exemple que je connais bien, moi-même, j’ai la fâcheuse tendance d’ajouter « juste » un peu partout. Style: « ce film est juste magnifique » ouais, je sais, c’est nul… je m’en veux fort fort, hein, croyez moi. Mais on est quand même très loin des formules qu’on entend parfois aux terrasses de bistrots de notre pluvieuse capitale… ça doit être encore pire en province, me direz vous, espèces de salopards de parisianistes bobos de merde! mais je ne sais pas, je suis pas du genre à polémiquer. Il n’est pas rare de croiser des tournures de phrases où il y a plus de mots inutiles que de vrai sens. La plupart du temps, les gens qui utilisent ces subterfuges aiment bien s’écouter parler et se sentir intelligents. C’est les mêmes qui, après avoir subi une pièce de théâtre aussi intéressante que le mode de reproduction des castors lapons, s’emportent de superlatifs pleins d’accents circonflexes: C’était fôôôrmidâââble, mââââgnifîîîîîque, sublîîîîmeux! alors que pendant tout le spectacle, ils ont pensé à un milliard d’autres trucs (leurs impôts; leur haleine; ils sont vraiment pas confortables ces sièges de merde; la tartine chèvre/lard fumé/pain poilane/ 15€ qu’ils auraient mieux fait de bouffer avant de rentrer parce qu’elle dure mille ans cette putain de pièce et j’ai la méga-dalle; dis donc elle est vachement bonne la petite comédienne là, j’espère qu’on verra ses seins à un moment donné…).

Bon, dans un sens, c’est vrai, ces gens là alimentent la culture et la vie sociale… mais dans un autre sens, non. (!!!) Ça a le don de me rendre fou!! On peut dire une chose et son contraire, dans la même phrase, la majeure partie de temps, personne ne s’en aperçoit! Parce qu’on fait semblant d’écouter, en attendant simplement que notre interlocuteur ait terminé de jacter pour placer ce qu’on a prévu de dire. C’est comme le fameux « tout est relatif »… Certes, c’est vrai tout est relatif. Mais ça apporte quoi de dire ça?! A part donner l’impression à son entourage qu’on participe au débat sans prendre la peine de remuer plus de 4 neurones à la fois… Souvent, le « tout est relatif » est utilisé tout seul, en mercenaire de la rhétorique, comme un argument massue; tout comme « les goûts et les couleurs, ça n’se discute pas », les « ça, c’est prouvé! » et autre « c’est comme tout ».

Mais cette dernière expression a tout de même une place spéciale dans mon petit coeur plein de hargne. En effet, c’est la reine!! On peut la placer littéralement dans toutes les conversations, l’opposer à n’importe quelle théorie, elle permet d’appuyer tous types de discours… Passe partout, constituée de quelques mots, c’est l’outil idéal pour se donner une consistance en société sans le moindre effort! Même pas besoin d’écouter ce que vos interlocuteurs sont en train de dire, rebondissez avec un bon « ah bah ça, c’est comme tout! » et le tour est joué!!

En conclusion, vous l’aurez deviné, j’aime pas trop trop cette façon de parler pour ne rien dire, j’ai toujours considéré que si on n’a rien à apporter, autant la fermer…
En même temps, à un moment donné, c’est vrai qu’au niveau du contenu, on peut dire que quelque part c’est un peu faible! (héhéhé…)

Publicités

15 Réponses to “Parler pour ne rien dire.”

  1. jean forcep said

    ah mon bon monsieur vous avez oublié ke sempiternel « mais c’est la faute de la société! »… un grand classque particulièrement dégueulasse je trouve… et corrigez moi ce vilain tic du juste, qui est tout bonnement imbitable… fielement votre… john

  2. Alain A. said

    « Tout est realtif »… restera toujours associé à ce dialogue sublime, qui fait passer Audiard pour un Bigard un peu balourd, du chef d’oeuvre qu’est Hercules, avec M. Lou Ferrigno:

    Dédalus : « Minos, tu apprendras que la taille, le temps et l’espace sont des choses relatives. »

    Minos : « Relatives aux conditions atmosphériques, c’est bien ça ? En franchissant l’atmosphère terrestre, il va grandir, devenir un monstre de plus en plus immense… et terrifiant »

  3. Navo said

    Dans un sens, ce n’est pas foncièrement faux, ce que tu viens de dire. Mais d’un autre côté, on peut aussi se dire que, entre guillemet, tout est relatif. A vrai dire, c’est comme tout, finalement. Parce que, techniquement, toi tu peux tout à fait penser ça alors que moi, personnellement, je peux penser le contraire. Et vice, versa.

  4. Coon said

    @ john: eh puis avec l’euro, ma bonne dame, hein, y a plus d’saisons!

    @ alain a.: ouais, grave!

    @ navo: j’aurais pas dit mieux.

  5. kabotine said

    C’est clair ! Ton article, il est juste trop vrai !
    Je surkiff !!

    héhéhé ! ;o)
    (je crois bien que j evais te bookmarqué toi… )

  6. Anonymous said

    Certes. Mais bon.

  7. Coon said

    @ kabotine: oh oui, avec plaisir!

    @ anonyme: j’avoue…

  8. Anonymous said

    Tu m’étonnes….

    (on peut ocntinuer longtemps comme ça je crois..)

  9. Coon said

    grave..!

  10. Lili said

    Ah bah ça ma pauvre Lucette, c’t’a cause de la recrudescence !

    Moi comme je dis toujours, quand on voit ce qu’on voit et qu’on entend ce qu’on entend, on se dit qu’on a bien raison de se dire ce qu’on dit et de penser ce qu’on pense…

    Enfin, je dis ça, je dis rien…

    Ca me rappelle ce dialogue de deux vieilles bretonnes entendu par un pote, l’une disant à l’autre (sic!)

    « Ah bah dame, c’est mieux que si c’était pire ! »

  11. -sTraTe- said

    C’est pas faux

  12. solenne said

    en province on est moins pedant…
    Par exemple, au lieu de dire a son voisin  » diable, mais que cet energumène m agace fortement », ici c est dans le genre  » quej’en ai a fout’ de l aut’ boite a bite, j’vais y foutre sur la gueule moi »…Enfin, dans le milieu viticole hein…Apres dans la petite bourgeoisie tourangelle, je dirais que ça se rapproche sans doute du bobo de chez toi.
    bisouuuuuuuuuus

  13. Coon said

    @ lili: wow… j’en suis bouche bée

    @ strate: ça, c’est pas banal!

    @ solenne: moi j’habite à Paris, pas au 17e siècle! mais je suis pédant quand même!! :p

  14. Fushichô said

    C’est pas faux tout ça, mais c’est juste oublier que ce qui peut avoir du sens pour toi n’en a pas forcément pour d’autres, et réciproquement, et c’est faire complètement abstraction du rôle de liant de la parole, de la conversation. Toute conversation ne doit pas forcément aboutir à une discussion argumentée où l’on va apprendre un truc, le simple fait de discuter avec ses potes/amis/parents de choses aussi futiles qu’une coupe de cheveux peut permettre de renforcer les liens ou d’en créer. Il y a tout une partie très riche et extrêmement importante dans la forme qu’il ne faut pas négliger.

    Mais c’est vrai que ces petites répliques sont bien pratiques, pour éviter de pas rentrer dans des débats de 15 plombes parce que par exemple, on s’en tape du sujet ou de la personne qui l’a amené sur le tapis. Moi je dis, Vive les expressions inutiles, ces formes polies du « Ta gueule, bordel ! »

  15. Coon said

    @ Fushichô: Moi aussi j’adore parler de trucs de pouffes (comme la nouvelle coupe de Rihanna), mais les formulations inutiles, j’ai un peu des envies de batte cloutée/rouillée dans la gueule!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :