MORT AUX CONS

les chroniques de la mauvaise humeur

N+1=C-1?!

Posted by Kuhn sur septembre 18, 2009

Bon, il ne me reste plus qu’une poignée d’heures de calvaire au boulot avant de m’envoler vers des cieux plus cléments, étonnants, émerveillants et surtout beaucoup moins casse-couillants. Mais à la manière des derniers mètres qui nous séparent du providentiel trône en faïence lorsqu’on est assailli d’un effroyable besoin de se soulager la vessie (ou pire…); mes dernières heures dans le monde du travail sont vraiment, VRAIMENT (VRAIMENT, c’est bon, vous avez compris?) super éprouvantes pour mes nerfs. Je vous ai déjà parlé, il y a peu, de mon passionnant boulot. Mais cerise pourrie sur le gâteau au purin, j’ai une nouvelle responsable, ma N+1.

office

Pour préserver son anonymat et parce que j’aime pas trop trop ce prénom (rapport à la chanteuse, qui m’a toujours irrité, même quand elle n’était pas encore facho), nous l’appellerons Mireille. Déjà, Mireille a un timbre de voix à peu près aussi agréable à l’oreille qu’un palpage testiculaire par un infirmier atteint d’un papillomavirus humain (oui, j’ai une imagination débordante), ce qui est – au passage – un point commun avec la vraie Mireille (la chanteuse, bon, tu suis maintenant, je ne vais pas rester derrière toi pendant tout l’article.), un peu comme Daniela Lumbroso ou Evelyne Délia.  Ensuite, elle a une manie, absolument insupportable, qui consiste à exprimer à haute voix (voix bien reloue, je le précise à nouveau, au cas où vous seriez vraiment très étourdis) tout ce qui lui passe par la tête, sans exception aucune. Vous montez ça en série avec le potentiel concentration d’un chaton et vous obtenez une responsable bieeeeen pénible, qui parle en continu, répétant toutes les 8 minutes 30 qu’elle a rendez vous avec l’électricien du magasin à 15h, puis avec la responsable de telle marque à 16h30, puis avec Marie-Connasse de la compta à 17h  etc., ad vitam eternam (ça veut dire « pour TOUJOURS »).

Mireille illustre parfaitement le mot zèle. A tel point que si on me demandait de rédiger une encyclopédie (haha, j’aimerais bien voir ça tiens!), au mot zèle, je n’aurais pas à me faire chier, je mettrais juste: cf. Mireille, numéro de poste: 8519. C’est bien simple, quand elle commence sa journée à 12h, elle arrive à 10h15. Quand elle termine sa journée à 17h30, elle se casse jamais avant 19h15!!! Je tiens à préciser que les heures sup ne sont pas majorées, juste récupérées. Ah oui, j’oubliais: elle ne prend pas ses jours de récup’… Et elle s’encombre de tout un tas de tâches qui sont foncièrement inutiles et très rébarbatives, comme classer des post it par ordre chronologique et chromatique par exemple. Mireille est persuadée que ce genre de détails est vraiment important, alors que tout le monde s’en cogne complètement. Oh je vous vois d’ici vous attendrir et vous dire que c’est un peu triste, mais NON!!! C’est juste complètement crétin et super relou, parce qu’on parle toujours de Mireille et que je vous le rappelle, elle aime bien lister tout ce qu’elle fait à (très, trop) haute voix…

Enfin, Mireille fait partie de cette génération de gens non habitués à l’informatique. Bon, jusqu’ici, rien de bien exceptionnel, mais là on atteint des sommets où on meurt de froid et de manque d’oxygène en moins de 83 secondes. Bon, je sens que vous avez besoin d’un exemple ou deux. Aujourd’hui, j’ai très calmement appris à Mireille comment se servir d’un menu déroulant, mais ce n’est pas tout: alors que je la laissais en charge de la souris (bah pour qu’elle apprenne un peu mieux), je me suis aperçu qu’un clic droit pour elle, c’était un clic gauche avec la main droite, elle comprenait pas « oh bah ça fait rien… ». Et dire que je m’étais formalisé la semaine dernière quand je me suis rendu compte qu’elle ignorait l’existence du ctrl+C/ctrl+V… Alors je veux bien être patient et pédagogue avec les nases en informatique de base (quoique, demandez à mon père si je suis patient!), mais là on dépasse les limites de l’entendement.

A la limite, si je n’avais pas à me la subir tous les jours et surtout si elle n’était pas responsable de l’équipe… Mais là, elle manage une équipe, elle doit gérer un petit service. Bon, elle est très gentille hein, mais… comment dire? euh… bah, elle a un QI de poule! Alors je veux bien faire des efforts, mais comme j’aime pas trop trop les cons (comme vous l’aurez peut-être remarqué), j’ai sérieusement pas trop trop envie de retourner à mon « travail de connard » (comme je l’appelle affectueusement) au retour de mes merveilleuses vacances.

ps/grand jeu concours: N+1 signifie responsable, que peut bien signifier C-1 selon vous?

cet article n’a presque pas d’illustrations marrantes, je suis désolé mais compte tenu du sujet (je n’invente presque rien), c’est un peu chaud de passer du temps à mon poste de travail pour finaliser les derniers détails. Je vous le livre donc tel quel et le complèterai peut-être, si vous êtes mignons, durant le week end.

Publicités

13 Réponses to “N+1=C-1?!”

  1. bibear said

    que de souvenirs…

    Alors moi aussi je vais partager mon expérience.
    A l’epoque je travailler chez un opérateur téléphonique historique qui a vu son taux de suicide augmenter….

    J’avais dans mon bureau une « mireille » …

    Quelque histoire au hasard :

    Ma mission première était de développer un outils de gestion de performance. Elle avait pour mission d’en faire la documentation.
    Pendant mes 3 mois de dev, elle, a simplement fait 3 mois de capture d’écran. Elle s’est donc retrouvée avec un document word de 30 Mo là où les pièces jointes sont limitées à 5… qu’a cela ne tienne, elle envoyé 6 mails en ajoutant 5 échelons de la hiérarchie pour être sûr que son travail se voit.
    Juste pour me marrer je lui dis : « Tu sais mireille, sur ta documentation, on voit le nom des utilisateurs. Avec la CNIL il n’est pas possible de diffuser ainsi une documentation sans leur accord. C’est illegal »
    Je vois le regard de Mireille s’embrumer de terreur. (oui je suis un peu sadique)
    Mais gentiment, je lui explique comment ajouter un petit carré (noir ou blanc, comme elle veut) sur les noms.
    Elle continue à me regarder abasourdie, alors je lui montre la démarche.
    Trop compliqué. Elle choisi une solution … disons … plus simple : elle a imprimé sa documentation, a mis du TypeEx sur les noms, a scanné le tout, mis la photo de chaque page sur une page word. Problème, la doc fait maintenant 80 Mo…
    Pas grave, j’envoi 15 mails et ça passe!

    Histoire entièrement vraie et pas du tout exagérée! Mais voici ma préférée :

    Vous l’avez compris, j’avais un certain avantage technique par rapport à elle. A chaque problème, j’étais donc consulté à corps et à cris… Surtout à cris….
    J’avais aménagé mon bureau en mettant mon écran face à sa tronche. J’étais ainsi épargné de la voir à longueur de journée. Mais un matin je la vois s’affoler sur sa souris. Et prise de panique
    « Mon Dieu j’ai reçu un virus, ma souris est devenue folle!!!! »
    Je penche la tête pour voir la scène… Ma première réaction : « Elle se fout de ma gueule, c’est pas possible… je vais l’ignorer ça se calmer tout seul. »
    Mais non, elle continue à crier.
    Et là, elle lèvre sa souris en l’air, pour que les autres occupant du bureau voient bien ce qui se passe :
    « Regardez, ma souris est infectée par un virus!!!! regardez, quand je clique ça fait rien!!!! »

    N’en pouvant plus je lui fait part de mon analyse pertinente d’informaticien : « Mireille, tu tiens ta souris a l’envers… »
    « Ah oui! je suis tête en l’air alors! »

    Elle m’en a fait beaucoup d’autres en 2 ans, mais ça reste mes 2 histoires préférées!
    Quel bonheur cela fût quand j’ai quitté cette entreprise!

    • Kuhn said

      @ bibear: les Mireilles sont très communes je crois, mais la tienne valait vraiment le détour! (quel pavé!)
      @ joan: nope… pas loin, mais essaie un truc plus méchant.
      @ Bicarbonate de soude: wow, on dirait presque l’intro d’une thèse! cela dit, dans mon cas, Mireille est arrivée là à force de temps passé dans la boîte et de BEAUCOUP de zèle.
      @ Hérissonne: Eh non, mais bien tenté !
      @ Bicarbonate de soude: d’abord, « get a life » ! :p sinon, je suis totalement contre cette histoire de CON-SOT-MATEUR cf mon article « marre de la connerie »
      @ Hérissonne: you two get a fucking room!! :D
      @ Julie: haha, du lourd!! ce qui me fait penser qu’il te reste une journée pour m’envoyer un article si tu veux « guest-râler » ici pendant mes vacances.
      @ Ahmed Kelly: En ce cas, j’aurais pu l’appeler « putois de la bouche », parce que par dessus le marché, elle sent relativement mauvais dans sa gueule!

      POUR TOUT LE MONDE: Je vous donne le résultat de la terrifiante énigme demain soir, même si vous n’avez pas été particulièrement mignons…

  2. joan said

    je dirais C-1 : Compétence – 1

  3. Bicarbonate de soude said

    Kuhn, merci – ai apprécié l’article ;-)

    Mon avis sur la question :
    (bien que personne ne me l’ai demandé – j’en ai conscience. J’assouvis ainsi par le biais de ton blog ma pathétique soif d’égo – ça me prend 10 min tous les 2 jours et ça me permet de le laisser de côté tout le reste du temps – ce qui est bien utile pour le repos du cerveau et pour résister au stress et à l’agitation quotidienne ambiante de ce monde).

    Je pense que le concept d’études supérieures / grandes écoles / écoles de commerce/ ingénieurs/ autre foutaise de voter choix est l’une des plus grandes blagues de notre système actuel. Pendant que quelques très rares privilégiés gagnent des sommes indécentes et sirotent tranquillement leur cocktail sur la plage, ces machines à conformisme que sont les écoles sus-mentionnées te fabriquent des cadres sup à la chaîne. Ces cadres sup sortent de leur école lobotomisés à souhait. Oui. Ils sont les maîtres du mooooonde, l’élite de Fraaaaance. Super. Puis ils arrivent dans des entreprises. Ils n’y connaissent rien mais ce n’est pas grave. Au bout de 5 ans de propagande (« tu sais tout sur tout »), ils sont persuadés de leur compétence (sinon, pourquoi gagneraient-ils autant ?) et font n’importe quoi. Ah ça pour analyser des tableurs Excel pleines de stats déconnectées de la vie réelle, passer 1000 coups de fil/jour et courir dans les couloirs, il y a du monde – mais d’un point de vue opérationnel, c’est la cata. Comment diable font-ils pour être si nombreux à être incompétents sans que personne ne s’insurge ? Blague n°1 : bah facile, ils sont recrutés par des gens qui ont exactement le même profil. Et finalement, en quoi consiste leur job ? À quoi ressemble leur vie ? Blague n°2 : leur job consiste à te mettre la pression à toi pour que tu produises un max – Leur vie ? inexistante. Leur salaire (énorme par rapport au tien mais finalement dérisoire par rapport aux mecs sur la plage avec leurs cocktails) exige d’eux une prostitution totale à leur entreprise. Du coup, donc, ils ont un max de pression et la décharge allègrement sur toi.
    Résultat. Nous avons donc dans la société :
    1 – Vous, moi, les oppressés de fin de chaîne qui doivent quand même s’estimer heureux d’avoir du boulot par les temps qui courent et parce que de toute façon monde de merde grippe, guerres, conflits, escroqueries, violence
    2- Vos boss – Ces petits naïfs qui pensent diriger le monde alors qu’ils en sont les plus grands esclaves et qui crèveront d’un infarctus à 50 ans sans jamais avoir pris le temps de voir grandir leurs gosses mais qui roulent en Mercedes
    3 – Les mecs sur la plage avec leurs cocktails qui se marrent bien de voir à quel point ce système marche bien car tout ce petit monde, qu’il consomme n’importe quoi pour se sentir exister (catégorie n°1) ou excessivement pour revendiquer son statut illusoire de « maître du monde (catégorie n°2) bah IL CONSOMME.

    Alors pourquoi se poser la question de la compétence des dirigeants en entreprise puisque tous – sauf eux les mecs sur la plage avec leurs cocktails qui se pissent dessus de rire – sont les victimes de leur propre système en faisant en sorte que la machine tourne toute seule ?

    Alors oui, un jour c’est l’industrie qui fait tourner la machine, un autre, le nucléaire ou le secteur financier mais au final ON CONSOMME leur mode de vie. Et on cours. Et on stresse. Pour se payer cette consommation si libératoire. Oh oui ! J’aime consommer.

    Et toujours la même question au final : à qui profite le crime ?

  4. Hérissonne said

    Tin Bicarbonate je t’aime toujours autant pour ta prose :)
    Sinon C -1 = Con -1 = le client ? le consommateur ?

  5. Bicarbonate de soude said

    Le con-sot-mateur

  6. Hérissonne said

    xD
    ‘Thym tu serais un mec j’t’épouserai.
    Ou bien si j’étais un mec j’t’épouserai. Ouais ça me va d’être un mec :p

  7. julie said

    Ha-ha-ha. Je dirais même LOL, ouais, carrément, dans ces cas-là, on a droit au LOL.
    Bon, ça doit être bien pénible.

    A côté de ça, Monique (vrai prénom mais aucune chance qu’elle lise, si d’ailleurs elle n’est pas déjà morte) c’est de la gnognotte.

    Monique n’était pas ma responsable, pas même une collègue, non. Monique vendait du linge de maison de luxe sur le stand en face du mien au Printemps Haussmann en 2003. L’ETE 2003, oui, celui de la canicule, et tous les matins je me demandais pourquoi diable Monique, à 70 ans, n’était pas plutôt dans un frigo quelconque avec une étiquette « non-identifiée » au bout de l’orteil gauche.

    A longueur de journée (et qu’elles étaient longues, lesdites, sachant qu’une panne de clim en ces temps difficiles, ça n’attire guère le chaland, déjà traditionnellement fort rare en Août), Monique me faisait les faveurs de sa divine conversation.
    Ses thèmes favoris étaient:
    – Son chien mort…dont elle portait l’effigie autour du cou (et possédait moult photos).
    – Sa merveille de petit-fils probablement surdoué, sachant déjà lire à sept ans !!! (sic).
    – La fille du stand à côté du mien qui n’était rien qu’une incompétente, et puis qui parlait fort, et puis qui parlait mal, non mais vraiment, c’est pas parce qu’elle est arabe, c’était pas du racisme mais Monique, quand même, n’aimait pas bien ces gens-là.
    – Les galeries Lafayette, où elle avait exercé un temps (dans les années folles probablement) mais qui lui avaient déplu (pincement de visage frippé) : « trop populaire ».
    – Son chien mort (ha bon? j’en ai déjà parlé? Mais t’as pas vu les photos? Si? ) et le chien vivant de sa fille.

    BREF. J’ai démissionné. Pas à cause de Monique, mais parce qu’en Septembre, ayant d’autres chats à fouetter pour changer des chiens morts, la perspective de vivre la même chose mais avec pleins de clientes ressemblant à Monique….me plongeait dans une léthargie profonde, peu en rapport avec ma fonction.

    Bon voyage, sinon. Et solidarité laborale.

  8. T’aurais pu faire plus d’effort pour le pseudo quand même Coon (oui je reste à l’ancienne orthographe, et alors ?), Mireille c’est pas très parlant pour le lecteur anonyme (même si à la réflexion les deux Mireillee que je connais ont l’air aussi agréable que la tienne et au moins une des deux est complètement conne…). Non parce que finalement Dinde Ecervelée, Pute Borgne ou Mycose Suintante c’est vachement plus imagé…
    Face de Cul, par exemple, aurait été bien moins haïssable si je l’avais appelé Régis, il aurait juste eu l’air con.

  9. Mom's said

    @Bebear: j’hésite entre LOL et MDR, alors je vais écrire HAHAHA

    @Bicarbonate de soude: la dépression, ça se soigne! Perso, j’aime pas trop trop ces généralisations sur tout un groupe de personnes. C’est pas parce qu’on connaît deux-trois cons qu’il faut classer leur genre dans celles des cons. C’est comme ça que commencent les racismes et autres discriminations!!

    @joan: +1

    @Ahmed Kelly: cf le @Bebear ^^

    @Kuhn: Déjàbord, merci pour ce texte (je l’ai attendu, dis-donc!). Elle s’appellerait pas Chantal, ta Mireille? Non parce que… Aha! Ha! Je crois qu’on a tous notre « putois de la gueule ».
    Bon, par contre, je vais rester dans la tradition de faire mon chieur, Kuhn, sorry:
    – premier paragraphe, après les « VRAIMENT », je mettrais « éprouvantes », au féminin, parce que j’ai l’impression que ce sont les dernières heures qui le sont
    – avant-dernier paragraphe : alors là, je sais pas trop, mais je le dis quand même. L’expression, c’est pas « atteindre des sommets » au lieu d' »attendre »?

  10. Max said

    C pour Cerveau! Trop simple, il n’y a vraiment que moi qui te connais ! Je n’attend même pas la correction (Freddy sort de ce corps).

    Tres bon article !

    • Kuhn said

      Ouais mais c’est trop facile pour toi, t’es mon frere !!! (faites pas chier avec les accents, je suis en Inde…)

      C pour cerveau, bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :