MORT AUX CONS

les chroniques de la mauvaise humeur

En décembre 1999

Posted by Kuhn sur décembre 23, 2009

Nous étions à l’aube d’un nouveau millénaire, les médias nous bassinaient avec le bug de l’an 2000, internet était encore en 56k et faisait des bruits de soucoupe volante dans les films des années 60. Et on se disait tous un peu que ce serait trop cool dans les années 2000…

J’étais encore en  terminale L option théâtre (oui, j’ai redoublé deux fois, bon ça va!). J’habitais en province banlieue dans une ville dont le nom rime avec moisir, connue des parisiens pour son magasin de meubles suédois avec parcours imposé et notice d’instruction à la clarté toute relative. J’étais un des seuls de mon crew à avoir le permis, mes parents me prêtaient parfois leur Fiat Punto, donc j’étais le connard de service qui emmène et surtout ramène tous ses potes en soirée, à faire des arrêts-vomi dans les champs… les soirées du style je-suis-le-seul-à-pas-être-pinté-alors-que-tous-mes-potes-sont-torchon/chiffon/carpette, c’était vraiment supayr! J’avais arrêté définitivement de fumer des ouinjs depuis quelques mois et mes potes en étaient restés à (lire avec la voix en fin de mue): « t’es die, toi? non moi j’suis pas die..!! mhfrrrfrrfrr, ho ho ho, non non, j’suis pas die, c’est toi qu’est die… fuhfuh fuh, trop mort de rire…!! vas-y laisse moi la place sur le banc, tu squattes depuis d’t’à l’heure » ouais, la banlieue quoi…

J’étais semi-puceau, j’avais une confiance en moi qui avoisinait celle d’Edouardo, faut dire que j’étais Grunge (je m’habillais trois tailles au dessus de la mienne) et que j’avais les cheveux longs/filasses jusqu’à la moitié du dos. Je crois que j’étais assez marrant et que j’avais en fait mon petit succès (ce que j’ai découvert bien plus tard, grâce à facebook, notamment) mais je trouvais que la déprime et le malheur c’était beaucoup plus sexy et romanesque. D’ailleurs j’écrivais des chansons de rock’n’roll triste depuis quelques années déjà, en 99 j’en étais à me prendre un peu pour un poète maudit à la Jim Morrison. D’ailleurs, l’été d’après je suis allé à San Francisco, c’était mon premier contact avec les States et j’ai kiffé ma race. Je vivais un amour impossible et déchirant avec la prom queen de mon lycée, celle dont tous les mecs étaient amoureux mais que moi j’aimais encore plus fort, à chanter des chansons tristes sous la pluie battante pour ses beaux yeux! (j’aurais dû le déposer à la SACD, j’aurais fait fortune en portant plainte contre Jena Lee)

Pour le réveillon du nouvel an 2000, qui aurait du être une grosse tuerie, on s’attendait tous à un truc de ouf malade, hein?! Eh ben de mon côté, c’était dans la maison des parents d’un des mecs de mon quartier, y avait beaucoup de shit, pas mal de vodka, quelques bouteilles de champagne et très peu de meufs. (à part les moches qui écoutent Bob Marley ou Oasis (ou les deux) et qui sont toujours là alors qu’on ne les invite que pour appâter les bonnes) Le premier vomi de l’an 2000 est arrivé à minuit, 8 secondes et 30 centièmes. Mon meilleur ami de l’époque a dormi dans sa voiture entre 1h22 et 5h49 avec System of a Down à fond et en boucle sur son auto radio, vidant intégralement sa batterie. Ouais, je ne te le fais pas dire, c’était la grosse grosse lose…

Dix ans plus tard, je réalise mon évolution et à quel point je ne suis presque plus du tout la même personne. Je me rends compte du chemin parcouru et des choses que j’ai réalisées et dont je suis fier. J’ai une forte tendance à me lamenter et à ne jamais être satisfait de ma situation, mais quand je regarde dans le rétroviseur, je me rends compte que par rapport à il y a dix piges, je n’ai vraiment pas trop trop à me plaindre.

Bon, je ne sais pas si ils vont me suivre, mais j’invite des gens dont j’aime bien bien les blogs à se livrer au même exercice que moi: Allez Navo, Simone, Ahmed, Odieux Connard, Juliette, Navie, Klaims, Nora, Boulet (on est fous!), Antoine, Steph et Coline; régalez nous en nous disant à quoi ressemblait votre vie à l’époque et vos anecdotes du mois de Décembre 1999!! Il paraît que ça a un nom de faire ça, mais comme je suis trop un électron libre et que je déborde d’originalité, je n’appellerais pas ça une patate chaude. (eh les lecteurs, cliquez sur les blazes au dessus, comme ça ils se rendront compte qu’ils ont une mission et en plus vous tomberez sur de bons blogs!!) Merci à Ahmed et Antoine d’avoir déjà répondu à l’appel! Allez, bisous.

Publicités

27 Réponses to “En décembre 1999”

  1. Gull said

    Dans la même veine j’étais dingue d’une jeune femme pour qui je n’existait même pas. Je faisais des tournois de Magic, j’adorais jouer à Warhammer et je passais des aprèm’ à lire des comics… J’ai passé un nouvel an d’enterrement à me finir au pouilli fumé avec des anglais et des potes de mon frère, qui trouvaient particulièrement drôle de me mettre minable… Tout a fini, avec la dinde digérée, sur les pompes de ma mère… très grande classe et joli moment de solitude…
    Mais bon l’honneur est sauf j’ai marié la jeune femme cette année… et (heureusement) je continue à lire des Conan et des Red Sonja dans les chiottes !

  2. Antoine said

    Je crois que j’ai aucun souvenir du réveillon 2000… je prospecte et je vois.

  3. Eklaan said

    Tu as eu bonne mémoire! Y’a 10 ans je devais probablement me saouler quelque part en vomissant sur mon Jean troué et sur mon ponchop

  4. Navo said

    Ah ouais ! T’as de la mémoire ! Je n’ai AUCUN souvenir du réveillon de l’an 2000, moi !

    Du coup, je vais me creuser un peu la tête mais c’est chaud pour la patate…

  5. […] Nouvel an et dépression Se rendre aux commentaires En réponse au message de Kuhn : En décembre 1999 […]

  6. Kitty said

    Réveillon 1999, 16 ans et toute première grosse soirée de réveillon, en compagnie de quelques « copines » de lycée, qui on voulu terminer la soirée chez leurs copins (sans rien dire à maman, bin sur). De mon côté, j’ai terminé à 3 heures du mat, seule, pieds nus (aïe, les chaussures!), à me taper les 2,7 km jusqu’à la maison. A pieds.

  7. Fonkyfonk said

    moa gt pa nez

  8. e_ftw said

    Mais t’es vachement vieux en fait !

  9. Max said

    Hahaha
    Ben moi j’etais tout seul a la maison, j’avais pas trop de potes qui faisaient la fete… en meme temps j’avais 12 ans. C’est une bonne excuse !

  10. L'inuit said

    Moi j’ai écouté une vieille cassette de A-Ha avec ma future femme et de bons potes informaticiens, on a du parler du bug de l’an 2000, en tout cas on a bien ri.

    Sinon, je vois qu’à l’instar de Guillaume Canet, Jean Dujardin et votre serviteur, tu viens aussi de cette ville qui rime avec bénir… Amusant…

    • Kuhn said

      Eh oui, cette affreuse ville dortoir/centre commercial. Quel bonheur de ne plus y habiter! (désolé, j’ai mis mille ans à répondre)

      • L'Inuit said

        Objectivement, oui, c’est une « affreuse ville dortoir/centre commercial », mais bon, à l’époque, j’ai apprécié les initiatives culturelles de la mairie autour de la création de la clef des champs (tous ces concerts de punk et métal auront assouvi mes besoins d’adolescent), du théâtre, tout ça… Je crois savoir que ça a pas mal changé de ce point de vue d’ailleurs.

        En ce qui concerne les mille ans : y’a pas de mal, vu que y’a pas d’obligation à répondre ;-)

        • Kuhn said

          ouais, il faut le reconnaître, j’ai fait mes premiers cris bestiaux dans un des micros (qui sentaient l’haleine de punk) à la clef. (c’était bieeeen!) si ça se trouve t’es déjà vu un de nos concerts, ça s’appellait Sheeva. Et j’ai même commencé le théâtre avec Yves Lebras, le premier prof de Jean Dujardin, comme quoi hein!
          Oui mais bon, quand même. D’autant que maintenant, la clef a fermé.

  11. Kuhn,

    tu ravives là la bonne vieille phase lycéo-grungienne en moi! C’est exactement ça! … et la prom queen, non, j’y crois pas!, c’est bien celle à qui je pense? Ah! Bref, je m’en vais écrire mes teenage years aussi, je te ferais signe quand je l’aurais mis en ligne!

    PS: comment tu retranscrirais cette expression : « Oh, la tchon!! » D’you remember?

    Christan

    • Kuhn said

      I remember indeed! C’était « tchoin », et je transcrirai ça par « petite salope », mais c’était le vocabulaire étrange de Farah!
      En fait pour la Prom Queen, j’en ai mélangé deux… j’avoue. (A. et S.) Ah oui, balance le lien quand tu auras écrit ta version, j’ai hâte de lire ça!
      Ciao, mister « Funi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :