MORT AUX CONS

les chroniques de la mauvaise humeur

Posts Tagged ‘expressions’

Québec et ongles

Posted by Kuhn sur juin 12, 2010

Me voilà de retour. Non, ne m’applaudissez pas, vraiment, ça me gène, je ne mérite pas.

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer par des excuses: A mes quelques lecteurs fidèles, pétris de mauvais esprit et animés (comme moi) par la volonté de nuire. Je vous ai fait faux bond pendant presque deux mois, je vous ai abandonnés au bord de la route comme de vulgaires caniches abricots en fin de vie. Pardon.

Je reviens de vacances, j’ai été à Montreal, puis New York, puis LA. C’était mortellissime, je suis trop trsite d’être rentré, je veux trop vivre à New York et en plus j’ai trop la tête au fin fond du rectum, rapport-au-jet-lag-t-as-vu-comment j-me-la-raconte-trop. (beaucoup trop de « trop » dans cette phrase, mais ça va hein, faites pas chier)(sinon j’me re-casse au Canada)

Montreal d’abord, c’est une ville super sympa, où la qualité de vie est exceptionnelle, la vie artistique hyper développée et les gens absolument adorables. Oui. Malgré leur accent. Mais puisque vous n’êtes pas là pour que je dise du bien de quoi que ce soit, j’ai quand même quelques petites saloperies à déballer:

  • Les distributeurs automatiques de billets prennent soit les Mastercards soit les Visas. Pas les deux. Jamais. Ajoutez à ça le fait qu’il y a en moyenne un ATM tous les dix ou quinze blocks… Eh ben on en est vite rendu à se taper un treck de deux heures pour retirer quelques maudzits dzollars. (merde, je m’étais promis de pas faire de blagues sur l’accent québecois)
  • Ils se targuent de parler le vrai français, avec pas d’anglicismes du tout dedans. Pourtant, ils utilisent constamment des expressions anglaises traduites mot à mot. Comme: « prendre une sieste », « véhicule récréatif » (pour camping car) ou encore « tomber en amour » pour tomber amoureux, trop mignon! A côté de ça, ils refusent catégoriquement d’utiliser des mots anglais que le reste du monde (même les pays où on ne sait pas dire « où sont les toilettes » en anglais, genre la Chine) a adopté dans son langage courant, comme « shopping » ou « parking ». Nan, les québécois, eux, ils « magasinent » (!!?) eh ouais mon p’tit pote!
  • C’est des putains de bisounours!!! Ils sont trop gentils, ils recyclent, ils ne pensent de mal de personne, leurs autoroutes sont limitées à 100km/h (oui, oui, leurs autoroutes), ils se disent bonjour dans la rue et quand tu les remercies ils te répondent « ça fait plaisiiiir! »… Merde quoi, je dois être beaucoup trop français parisien pour ce pays. Je pense qu’à la longue ça me manquerait les gens qui font la gueule dans le métro et les commerçants désagréables.
  • Ah oui, ma dernière phrase me fait penser à un truc: Métro – Montréal. Pffouhahaha, la bonne blague!

Voilà, c’est à peu près tout ce que je retrouve à dire sur Montreal et les québecois. Et je me suis creusé la tête pour vous donner du biscuit, parce que c’est pas évident de leur trouver des poux sur la tête. D’autant plus que je m’étais fixé de ne parler ni de la poutine (prononcer « p’tsine » si vous voulez faire couleur locale), ni de leur accent qui fait rire (fail un peu, ouais, je sais…).

A bientôt pour NYC et LA (avec un bonus stage à Vegas, et là y a du lourd!)

psdm: vous trouvez pas que les ongles ça pousse vraiment beaucoup trop vite? sérieux, ça sert à quoi des ongles? (surtout que les mecs ne s’en servent même pas pour y faire des french manucures)(voilà voilà, j’ai « justifié » mon jeu de mots à trois sous du titre…)

Publicités

Posted in La teigne | Tagué: , , , , , , , , | 7 Comments »

Parler pour ne rien dire.

Posted by Kuhn sur octobre 27, 2008

Vous en connaissez sûrement, ces gens qui parlent pour ne rien dire, ou plutôt qui enrobent leur discours de cette indigeste couche d’expressions toutes faites et totalement inutiles. Ils sont nombreux, à croire que sous prétexte de faire des phrases de quarante huit mots dont un tiers font plus de trois syllabes, ils ont la science infuse. Ah oui, ça sonne hyper intelligent, mais seulement si on fait semblant d’écouter! En faisant un tout petit peu attention, on se rend vite compte que les trois quarts de la phrase ne veulent absolument rien dire…

Oui, on a tous quelques affreux tics de langage, accessoires bien inutiles de notre rhétorique. Pour vous donner un exemple que je connais bien, moi-même, j’ai la fâcheuse tendance d’ajouter « juste » un peu partout. Style: « ce film est juste magnifique » ouais, je sais, c’est nul… je m’en veux fort fort, hein, croyez moi. Mais on est quand même très loin des formules qu’on entend parfois aux terrasses de bistrots de notre pluvieuse capitale… ça doit être encore pire en province, me direz vous, espèces de salopards de parisianistes bobos de merde! mais je ne sais pas, je suis pas du genre à polémiquer. Il n’est pas rare de croiser des tournures de phrases où il y a plus de mots inutiles que de vrai sens. La plupart du temps, les gens qui utilisent ces subterfuges aiment bien s’écouter parler et se sentir intelligents. C’est les mêmes qui, après avoir subi une pièce de théâtre aussi intéressante que le mode de reproduction des castors lapons, s’emportent de superlatifs pleins d’accents circonflexes: C’était fôôôrmidâââble, mââââgnifîîîîîque, sublîîîîmeux! alors que pendant tout le spectacle, ils ont pensé à un milliard d’autres trucs (leurs impôts; leur haleine; ils sont vraiment pas confortables ces sièges de merde; la tartine chèvre/lard fumé/pain poilane/ 15€ qu’ils auraient mieux fait de bouffer avant de rentrer parce qu’elle dure mille ans cette putain de pièce et j’ai la méga-dalle; dis donc elle est vachement bonne la petite comédienne là, j’espère qu’on verra ses seins à un moment donné…).

Bon, dans un sens, c’est vrai, ces gens là alimentent la culture et la vie sociale… mais dans un autre sens, non. (!!!) Ça a le don de me rendre fou!! On peut dire une chose et son contraire, dans la même phrase, la majeure partie de temps, personne ne s’en aperçoit! Parce qu’on fait semblant d’écouter, en attendant simplement que notre interlocuteur ait terminé de jacter pour placer ce qu’on a prévu de dire. C’est comme le fameux « tout est relatif »… Certes, c’est vrai tout est relatif. Mais ça apporte quoi de dire ça?! A part donner l’impression à son entourage qu’on participe au débat sans prendre la peine de remuer plus de 4 neurones à la fois… Souvent, le « tout est relatif » est utilisé tout seul, en mercenaire de la rhétorique, comme un argument massue; tout comme « les goûts et les couleurs, ça n’se discute pas », les « ça, c’est prouvé! » et autre « c’est comme tout ».

Mais cette dernière expression a tout de même une place spéciale dans mon petit coeur plein de hargne. En effet, c’est la reine!! On peut la placer littéralement dans toutes les conversations, l’opposer à n’importe quelle théorie, elle permet d’appuyer tous types de discours… Passe partout, constituée de quelques mots, c’est l’outil idéal pour se donner une consistance en société sans le moindre effort! Même pas besoin d’écouter ce que vos interlocuteurs sont en train de dire, rebondissez avec un bon « ah bah ça, c’est comme tout! » et le tour est joué!!

En conclusion, vous l’aurez deviné, j’aime pas trop trop cette façon de parler pour ne rien dire, j’ai toujours considéré que si on n’a rien à apporter, autant la fermer…
En même temps, à un moment donné, c’est vrai qu’au niveau du contenu, on peut dire que quelque part c’est un peu faible! (héhéhé…)

Posted in Ils sont partout!!! | Tagué: , , , , , , , , | 15 Comments »