MORT AUX CONS

les chroniques de la mauvaise humeur

Posts Tagged ‘restaurant’

Saint Valentin (aka S1 Valent1)

Posted by Kuhn sur février 11, 2010

Mercredi soir, Hugo, mon élève de 10 ans auquel j’apprends « selvation army » et « weïpe mi » à la guitare, me dit bien naïvement : « dimanche, tu vas inviter ta fiancée au restaurant ? », après quelques secondes de profonde interrogation bien légitimes, je comprends qu’il évoque avec toute la mignonnerie qui le caractérise la fête des amoureux. La Saint Valentin. Je lui ai évidemment expliqué que jamais de la vie je n’inviterai ma tendre moitié au restaurant ni lui offrirai de fleurs un 14 février. Limite si je ne boycotterai pas les suaves courbes et recoins humides de son corps de rêve, juste par esprit de contradiction. Eh ouais, j’suis un rebelle moi !

Parce que c’est quoi la Saint Valentin ? A part la commémoration de la décapitation d’un martyr chrétien par l’affreux Claude II le gothique (je ne vous en veux pas pour votre ignorance, ça se passait au milieu du troisième siècle)(et je ne l’ai moi-même appris qu’à l’occasion d’un très bruyant quizz musical et culturel dans un bar que je fréquente beaucoup trop). Eh bien c’est tout simplement le deuxième jour de l’année en termes de ventes de cartes de vœux, juste après Noël. Une occasion idéale pour booster l’industrie du cadeau cu-cul la praline et de la rose rouge qui décèdera de sa vilaine mort dans les trois jours parce qu’on l’a produite dans des conditions pas très catholiques et à un rythme qui n’a rien de bio pour faire un maximum de chiffre. Mais plus que tout cela, c’est surtout le comble du romantisme à trois sesterces et de la guimauve parfum gnan gnan, le hard-discount de la séduction, un peu comme une knacki leader price qui ferait bien tâche dans la grande choucroute de l’amour. Mais puisqu’une illustration vaut mieux qu’un long discours et que je suis d’humeur à remonter mes stats généreuse, je vais vous régaler de trois exemples de soirée de la Saint Valentin, oui, vous avez bien lu : pas une, pas deux, mais TROIS mises en situations truculentes !!

Episode 1: La Saint Valentin des kaïras.

(à lire en écoutant « Hystérique Love» de Rohff & Amel Bent)

Ce soir, Ya6N (Yassine)(qui s’appelle en fait Christophe, mais il a décidé de faire croire à tout le monde qu’en fait il est Kabyle c’est pour ça qu’il a l’air d’un babtou de cé-fran, t’as vu) a envoyé un texto à sa go, Cynthia :

« Fé twa bL soir ce, on va O rStO, jté prevu 1 surpriZ 2 bo goss. Mé tu vera bi1, vasy a ce soir BB. Ya6N »

Sur-ce, Cynthia a demandé à sa responsable chez Sephora si elle pouvait prendre son après midi, comme ça elle pourra passer chez l’esthéticienne pour se faire épiler la touffe et la raie chez Yves Rocher, puis elle prendra le RER pour aller sur Paname. Aux Halles, elle s’achètera un ensemble push up + string + porte-jarretelles en vinyle rouge « tro tro fresh » et une superbe robe en lamé doré avec dos nus (pour qu’on voit bien son lapin playboy tatoué au bas des reins) et décolleté plongeant jusqu’au nombril, du meilleur effet puisque assortie à sa teinture blonde à racines noires.

Une fois sorti du boulot, Ya6N passe chercher Cynthia devant son immeuble avec sa Golf 4 vitres teintées jantes allu et 15 KW de boom boom dans le coffre. A bord de leur bolide, ils écoutent « Pourvu qu’elles m’aiment » de B2Oba, c’est ça la classe mon gars ! Et attention, il a sorti le grand jeu, il est pas du style à l’emmener au Kebab du coin sa go, nan, c’est un prince : il a réservé une table pour deux avec fleur artificielle et bougie électrique au Palais des mille délices du mont d’argent, le chinois avec menu à volonté pour 12€95, boissons incluses. Pendant le dîner, Cynthia enverra LOVE ainsi que son prénom et celui de Yassine au 81212, pour être sûre qu’entre elle et lui, c’est vraiment love to love, du sérieux quoi.

Après, comme ils habitent tous les deux chez leurs parents et que dans le Golf 4, ça fait crevard et tellement moins romantik, Ya6N paie sa chambre à l’Etap Hôtel de la porte de Clignancourt (pas formule 1, Etap Hôtel c’est la classe, parce qu’il y a la douche dans la chambre) où nos deux tourtereaux passeront une nuit ibliss faite de bouyave et de kengoush, j’peux vous dire que Cynthia a pris son tarif pour la semaine. Elle a bien fait de passer chez l’esthéticienne cet après midi, parce que Ya6N s’est pas fait prier pour la cular, il lui a bien refait les seufs façon façon.

Enf1, 1 ré-soi de ouf koi.

Publicités

Posted in Raaaahhh!! | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 17 Comments »

Les gens qui mangent seuls au restau

Posted by Kuhn sur septembre 20, 2008

« Bonjour madame, c’est pour dîner? Vous attendez quelqu’un ou..? »
Eh non, madame n’attend personne et pourtant elle va bel et bien de s’asseoir sur la banquette en cuir, derrière cette petite table de bistrot parisien où le coca light est à seulement 9€, mais où les américains rêvent de dîner parce que c’est « so Paris! » Elle va commander la salade des deux trésors, avec d’authentiques morceaux de foie gras dedans, accompagnée de son typique verre de Pinot gris à 15€ et faire chier le serveur débordé parce que ça donne une consistance. Elle va attendre désespérément qu’un homme, une femme, un chien ou une poupée qui parle lui adresse la parole pendant tout son dîner… en vain. Elle essaiera de ne pas en avoir l’air, elle essaiera de garder une contenance digne et détachée, genre j’en n’ai rien à foutre d’être toute seule, ma propre compagnie me suffit largement! Mais au fond d’elle même elle sera dévastée, consciente sans l’être vraiment qu’elle donne cette image pathétique et tragique de solitude.

Je me suis moi-même trouvé dans cette situation cette semaine, dans une pizzeria. Je vous épargne les circonstances, elles sont à peu près aussi intéressantes qu’une autobiographie de Lorie. (non, con de lecteur, Lorie n’est effectivement pas capable d’écrire plus long qu’une lettre au père noël, ce n’est que le délire de l’artiste) Donc, j’étais forcé de déjeuner seul dans une pizzeria… Eh bien je peux vous dire que les employés de l’établissement n’ont probablement jamais vu quelqu’un engloutir une Regina aussi vite que ça! Parce qu’on se sent effectivement bien triste, on remarque bien les regards furtifs des gens aux tables alentours, on les entend presque penser « le pauvre, il a personne avec qui partager son huile piquante. » et c’est juste horrible!!!

On devrait inventer un nouveau métier: pote à louer pour le repas. Le mec est là, à disposition, il te fait la conversation, quelques blagues si possible, n’aborde pas les sujets qui fâchent (politique, religion, star ac’ 8), ou alors si, mais en étant toujours d’accord avec toi. Il ne mange rien parce que sinon ça risque encore de te coûter un bras cette histoire. Et à la fin du repas, il fait genre il insiste pour payer mais il te laisse lâcher ta carte quand même, comme ça tout le monde croit que c’est vraiment un pote (mais pauvre) et que vous allez probablement passer la fin de la soirée à boire des pintes en draguant des petites nanas à slim/talons/chemise en flanelle.

En fait, ça existe déjà… Ça s’appelle escort et c’est encore plus désolant.

Bon, j’aime vraiment pas trop trop les gens qui mangent seuls au restau, ça me rendrait presque mélancolique… Alors qu’il fait beau, que c’est le week end et que j’ai pas envie d’être tristoune. Allez, je vais aller faire un tour à la techno parade pour dire du mal des jeunes à mulet et fringues fluos (non, j’aime pas trop trop la techno parade, je vous en parlerai peut-être un bout plus tard).

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , , , , | 25 Comments »