MORT AUX CONS

les chroniques de la mauvaise humeur

Posts Tagged ‘voyage’

Québec et ongles

Posted by Kuhn sur juin 12, 2010

Me voilà de retour. Non, ne m’applaudissez pas, vraiment, ça me gène, je ne mérite pas.

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer par des excuses: A mes quelques lecteurs fidèles, pétris de mauvais esprit et animés (comme moi) par la volonté de nuire. Je vous ai fait faux bond pendant presque deux mois, je vous ai abandonnés au bord de la route comme de vulgaires caniches abricots en fin de vie. Pardon.

Je reviens de vacances, j’ai été à Montreal, puis New York, puis LA. C’était mortellissime, je suis trop trsite d’être rentré, je veux trop vivre à New York et en plus j’ai trop la tête au fin fond du rectum, rapport-au-jet-lag-t-as-vu-comment j-me-la-raconte-trop. (beaucoup trop de « trop » dans cette phrase, mais ça va hein, faites pas chier)(sinon j’me re-casse au Canada)

Montreal d’abord, c’est une ville super sympa, où la qualité de vie est exceptionnelle, la vie artistique hyper développée et les gens absolument adorables. Oui. Malgré leur accent. Mais puisque vous n’êtes pas là pour que je dise du bien de quoi que ce soit, j’ai quand même quelques petites saloperies à déballer:

  • Les distributeurs automatiques de billets prennent soit les Mastercards soit les Visas. Pas les deux. Jamais. Ajoutez à ça le fait qu’il y a en moyenne un ATM tous les dix ou quinze blocks… Eh ben on en est vite rendu à se taper un treck de deux heures pour retirer quelques maudzits dzollars. (merde, je m’étais promis de pas faire de blagues sur l’accent québecois)
  • Ils se targuent de parler le vrai français, avec pas d’anglicismes du tout dedans. Pourtant, ils utilisent constamment des expressions anglaises traduites mot à mot. Comme: « prendre une sieste », « véhicule récréatif » (pour camping car) ou encore « tomber en amour » pour tomber amoureux, trop mignon! A côté de ça, ils refusent catégoriquement d’utiliser des mots anglais que le reste du monde (même les pays où on ne sait pas dire « où sont les toilettes » en anglais, genre la Chine) a adopté dans son langage courant, comme « shopping » ou « parking ». Nan, les québécois, eux, ils « magasinent » (!!?) eh ouais mon p’tit pote!
  • C’est des putains de bisounours!!! Ils sont trop gentils, ils recyclent, ils ne pensent de mal de personne, leurs autoroutes sont limitées à 100km/h (oui, oui, leurs autoroutes), ils se disent bonjour dans la rue et quand tu les remercies ils te répondent « ça fait plaisiiiir! »… Merde quoi, je dois être beaucoup trop français parisien pour ce pays. Je pense qu’à la longue ça me manquerait les gens qui font la gueule dans le métro et les commerçants désagréables.
  • Ah oui, ma dernière phrase me fait penser à un truc: Métro – Montréal. Pffouhahaha, la bonne blague!

Voilà, c’est à peu près tout ce que je retrouve à dire sur Montreal et les québecois. Et je me suis creusé la tête pour vous donner du biscuit, parce que c’est pas évident de leur trouver des poux sur la tête. D’autant plus que je m’étais fixé de ne parler ni de la poutine (prononcer « p’tsine » si vous voulez faire couleur locale), ni de leur accent qui fait rire (fail un peu, ouais, je sais…).

A bientôt pour NYC et LA (avec un bonus stage à Vegas, et là y a du lourd!)

psdm: vous trouvez pas que les ongles ça pousse vraiment beaucoup trop vite? sérieux, ça sert à quoi des ongles? (surtout que les mecs ne s’en servent même pas pour y faire des french manucures)(voilà voilà, j’ai « justifié » mon jeu de mots à trois sous du titre…)

Publicités

Posted in La teigne | Tagué: , , , , , , , , | 7 Comments »

Incredible India

Posted by Kuhn sur novembre 2, 2009

L’Inde, immense pays d’un milliard d’habitants, à l’histoire millénaire, riche d’un mélange de plusieurs cultures et moult traditions séculaires, un véritable et authentique dépaysement, quoi. Bon, c’est gigantesque comme pays, donc en un mois je n’ai pas vu la moitié des états qui le composent, mais j’ai pu me faire une bonne idée de l’Inde du sud. On y trouve des ruines et des temples/églises/synagogues de folie, une nature luxuriante et débordante de faune et de flore extraordinaire, des plages de sable presque vraiment complètement blanc avec de l’eau à 25° et encore plein de choses merveilleuses. MAIS, comme vous vous en doutez sûrement, je ne vais pas vous parler de ça. Je vais bien sûr m’attarder sur toutes les aberrations de la culture indienne, et il y en a des tonnes! Bien entendu, ce que vous vous apprêtez à lire avec délectation et en vous esclaffant d’un rire coupable et cependant jouissif ne sont que les observations d’un occidental, confronté à une culture qui lui est presque totalement étrangère et puisqu’on ne juge que d’après ce qu’on connait, c’est pas très juste, mais c’est plus marrant.

bollywood

Avant tout, petite mise en garde qui vous évitera de vous faire banane comme moi: on va forcément vous demander (en hochant la tête sur les côtés et un très fort accent) « first time in India? » et là, il est très TRÈS important de répondre « no ». Sinon, vous êtes bons pour un couplet très rapide et super bien étudié à base de « I give you very good price, very cheap, beginning of the season, very cheap, you will pay ten times the price but you won’t realise you foolish western people, and for 10 more roupies I put my fat dick in your ass and fuck it up with no lubricant and just a touch of curry… » désolé pour les gens qui ne parlent pas anglais, en gros ça veut dire qu’on se la fait mettre en beauté pour 10 fois le prix et avec le sourire. Maintenant que vous êtes bien mis en garde, laissez moi vous raconter les merveilles de l’Inde.

Les indiens sont capables de tout faire dans la rue, sans aucune gêne. Genre ils mangent et dorment par terre, font leurs besoins (oui, TOUS leurs besoins) dans les coins, se lavent les dents, se curent les pieds etc. La notion d’intimité a gentiment été effacée par des générations de familles qui vivent dans la rue. C’est un peu triste et super dégueulasse. Tiens, en parlant de dégueulasse, autant le dire tout de suite: en Inde on ne connait vraiment pas l’utilité des poubelles. Je vous assure que je n’en rajoute pas quand je vous dis que j’ai vu des tas de gens jeter leur bouteille vide/papier gras de samosa/ emballage de noix de cajou par terre, à moins de 83 cm d’une poubelle. En fait, l’hygiène publique des indiens est inversement proportionnelle à la beauté de leur nature. C’est magnifique naturellement, complètement immonde manuellement. Je n’ai pas vu un seul cours d’eau qui ne contienne au moins 83% de merde d’humain/de chien/de vache et où surnage une épaisse pellicule de détritus. Et ça, c’est juste la vision, je ne vous décris pas l’odeur, au cas où vous me lisez en mangeant un truc. Et ils ont cette manie de cracher tout le temps, partout; même de la fenêtre du bus ou du train. Et puis tout le monde (même les femmes!) lâche d’horribles molletons avec bien souvent l’option gros raclage de gorge en préambule. Ça me choquait déjà en France, mais c’est du pipi de chat à côté de l’Inde…

Comme nous avons un peu bougé dans le sud du pays, nous avons été obligés d’utiliser les moyens de transport indiens, principalement des trains et des bus. Avant toute chose, il faut oublier le rapport distance/temps auquel on est habitués en France, tout de suite! Parce qu’en Inde, pour faire 83 km, ça ne les choque pas du tout de passer 4 ou 5 heures dans un bus, c’est normal et tout le monde prend son mal en patience dans le calme (relatif, parfois on a le droit à des DVD de clips de pop indienne avec les hauts parleurs à fond dans ta gueule). Si on vous vend un bus « deluxe » climatisé avec couchettes, attendez vous à des sièges inclinables et des mini ventilateurs qui ne se mettent jamais en marche, en gros pour l’air conditionné, vous n’avez plus qu’à vous en remettre à l’ouverture de votre fenêtre, par laquelle vos voisins de derrière se pencheront tous les quarts d’heure, pour lâcher leurs gros mollards, ça va sans dire. Quant au train – qui n’est pas plus rapide que le bus, il faut tout de suite oublier la rapidité du TGV, en général on fait des pointes à 45 km/h et la vitesse de croisière est plutôt autour de 30km/h – c’est tout aussi folklo. On a le choix entre plusieurs classes dont la sleeper, celle que tous les indiens prennent, très vivement déconseillée. D’abord parce que c’est la grosse baston pour avoir une place assise, que c’est super blindé et que les indiens ça ne les gêne pas plus que ça de te marcher dessus pour atteindre leur place. Parce que des marchands ambulants passent régulièrement pour proposer du chai ou du café/des samosas/des biryanis/des cacahuètes et que du coup, en seulement une demie heure de trajet, le wagon est un genre de déchetterie sur rails. Parce que les mendiants cul-de-jatte et autre lépreux (je n’en rajoute pas, on en a vraiment croisé un dans le train) y sont légion et qu’ils ne lâchent pas l’affaire facilement. Enfin, vous pouvez oublier la clim et dans un pays où il fait genre 35°C à l’ombre, vous imaginez l’ambiance à l’intérieur d’une boîte de conserve en plein cagnard, d’autant que le déo, c’est plutôt un produit de luxe réservé aux nantis (respirer par la bouche pendant 14 heures, c’est un peu relou) et la matière préférée des indiens pour leurs chemises, c’est le lycra.

Les femmes sont très couvertes, les hindous comme les musulmanes ou les chrétiennes, combattent la chaleur avec des mètres de tissus. Conséquence: les mâles sont en sang quand ils croisent une occidentale, surtout quand il fait chaud et que du coup elle a pas super envie de porter un col roulé. Que ce soit pour ma fiancée, qui en plus est super bonne, ou pour moi; c’est marrant un fois ou deux mais ça devient rapidement très oppressant. Parce qu’en plus de scotcher très lourdement, tu as beau essayer de leur faire comprendre que ça te gène, rien à foutre ils lâchent pas l’affaire, pire que les italiens. Un peu comme un gamin devant son premier film érotique sur M6, y a rien de vraiment excitant, mais à côté du club Dorothée, un bout de nichon c’est la fête! Ça rend les balades en ville un peu pénibles.

Ce qui m’amène à mon dernier point: l’incessante sollicitation de l’occidental. Il ne faut pas se faire d’illusion, la couleur de notre peau nous trahit direct et pour les commerçants, on est vraiment des portefeuilles ambulants. Bien sûr on en profite aussi, la puissance de notre monnaie est indéniable, donc on se fait plaisir et on achète la moindre merde qu’on trouve un peu jolie ou marrante. Mais y a des moments (en fait, presque tout le temps) où on a envie qu’on nous foute la paix. Et ils sont coriaces les bougres, ils seraient capables de te vendre leur grand-mère et d’organiser la livraison! Au début du voyage j’étais hyper poli et je me justifiais « non, c’est gentil mais j’ai déjà des statuettes de chaque divinité, c’est pas la peine, mais merci, c’est super, j’te kiffe, allez, bisous » à la fin, j’étais une vraie kaïra et le pire, c’est que ça ne les gène même pas! Tu les jettes super sèchement, ils ne se formalisent pas et se disent juste que c’est pas la peine d’insister… Il ne faut pas hésiter non plus à continuer de marcher en les ignorant purement et simplement quand un mec vous suit en vous sortant son bla bla; ici je trouverais ça complètement humiliant et vilain, là bas, c’est normal et surtout une énorme économie de temps et d’énergie.

Voilà, j’ai encore plein de détails incroyables (comme la conduite au klaxon, ces gros enculés de moustiques, les rickshaws et bien plus encore) mais vous avez déjà un bon aperçu de ce que ça donne en Inde. Il ne faut pas que ça vous dissuade d’y aller, ça vaut vraiment le coup et côté dépaysement, ça tient ses promesses. Toutes ces expériences, bien que parfois assez angoissantes sur le moment, sont au retour bien marrantes et c’est ce qui rend un voyage inoubliable.

Posted in Ils sont partout!!!, La teigne | Tagué: , , , , , , , , | 20 Comments »