MORT AUX CONS

les chroniques de la mauvaise humeur

Archive for the ‘Ils sont partout!!!’ Category

Les experts amis amis (1.)

Posted by Kuhn sur septembre 1, 2010

On a tous des sujets qui nous emmerdent, des trucs dont on se tamponne allègrement les couilles (perso, le mode de reproduction des castors lapons)(ou les techniques séculaires de taillage de pipe à St Laurent du Jura). Malheureusement, il y a toujours quelqu’un dans notre entourage qui sait à peu près tout sur tout et qui compte bien ne pas laisser son savoir encyclopédique en polystyrène dans l’anonymat d’un morne buraliste de province noyant son désarroi dans le pastis leader price et les cacahuètes à l’urine. Alors il étale, sans qu’on ne lui demande quoi que ce soit, il vient nous gaver de son savoir inutile. Il a plusieurs types d’experts et même si ça ne vous intéresse pas, je m’en vais vous en pondre une tartine et vous serez bien aimables de lire jusqu’à la fin, sans m’interrompre.

Level 1 – Le wiseman/kaïra

Pas vraiment très cultivé, il lui arrive quand même de regarder Arte de temps en temps ou les documentaires animaliers sur la TNT, quand il est trop fonce-dé pour sortir, qu’il pleut dehors t’as vu, que PES4 ne tourne plus sur sa Xbox ou simplement que tous ses soss’ sont en zonzon (donc il va pas tenir les murs tout seul). Il engrange donc ce petit savoir inutile et il le régurgite à l’envi, dans le désordre et la confusion la plus totale. Le cas échéant, ses phrases commencent (sans exceptions) par « nan mais toi t’sais pas ! » ou (variation en kaïra dièse mineur) « nan mais toi t’sais ap ! ». S’en suit une dissertation, ponctuée de nombreux « nanani nanana » et de « et tout, tahu ». Ca donne mal à la tête et ça n’apprend rien.

Level 2 – L’éternel étudiant

Celui-ci, a une solide base académique, il a fait de longues études supérieures et se tâte (à 33 ans) pour commencer un master en psycho-géologie des tapirs géants de Mésopotamie. Ses études concernent principalement le domaine des sciences humaines, car ça permet de placer son savoir dans bien plus de conversations et d’adapter sa logorrhée à presque tous les contextes. Le problème avec celui là, c’est qu’il a pris l’habitude d’en foutre plein la vue avec sa science infuse, ce qui l’amène à proférer ses cours magistraux à tire larigot, même quand il ne connait rien au sujet. Et dans le cas où il tombe sur un vrai spécialiste du mode de vie des Youkaguirs de l’Est Sibérien, il s’arme de sa glorieuse mauvaise foi et s’arrangera pour rapidement tomber d’accord avec l’expert, le vrai. Le deuxième problème de ce spécimen, c’est que bien souvent, on s’en contre-branle de son savoir à la mords moi la shneck… mais comme on est polis, bah on subit en silence en pensant à ça pour s’occuper l’esprit.

Level 3 – Le wannabe maître capello de la culture G

Lui c’est un peu la digivolution de l’éternel étudiant, donc le même mais en vieux. Il a terminé ses études mais il lit le monde diplo (sans le comprendre, comme tout le monde), il a acheté l’encyclopédie universalis en 83 tomes (et s’est arrêté à « abricot » bah ouais, c’est long et chiant) et il s’entraine tous les jours à trivial pursuit master game édition genus (mais la version date de 1989). Dans les faits, il est à peu près aussi relou que son cadet, mais en ajoutant tout de même cette petite touche de condescendance indécrottable et qui donne envie de lui arracher les yeux avec un croc de boucher datant du début du XIVe. Parce que sous prétexte qu’il pourrait être notre père, le wannabe maître capello de la culture G nous prend systématiquement pour de gros ignares qui ne connaissent rien à rien. Exemple perso : il y a quelques années, je bossais à Javel et un ami de mon père qui rentrait à merveille dans cette catégorie a posé son regard paternaliste sur moi et m’a demandé « d’ailleurs tu savais pourquoi on disait eau de Javel ? » … mon père a arrêté de le voir depuis, mais je n’y suis pour rien.

Voilà, vous savez tout. Le cours était gratuit et je vous remercie d’y avoir assisté avec autant d’attention… sauf toi au fond là, je t’ai vu dessiner des bites sur la table, ce sera trois heures de colle et tu me copieras 83 fois « je ne dessinerai plus de bites sur ma table pendant le passionnant cours de Kuhn. » avec les voyelles en rouge et les consonnes en vert.

Sinon, je pense que vous ne vous en êtes pas aperçu, mais [MORT AUX CONS] a soufflé sa deuxième bougie fin Août. N’hésitez à lui souhaiter un bon anniversaire dans les commentaires et à m’envoyer vos petites culottes Hello Kitty (portées SVP).

  1. cette vanne est sponsorisée par Fluocaril (2.)
  2. Fluocaril est recommandé par le l’UFPSBD (3.)
  3. Union Française Pour la Santé Bucco-Dentaire.
Publicités

Posted in Ils sont partout!!!, La teigne | Tagué: , , , , , , | 17 Comments »

Parfois, il faut savoir dit NON à la mode.

Posted by Kuhn sur juillet 2, 2010

Hey, ça pourrait presque devenir une nouvelle rubrique, mais comme je sais déjà que je ne serai pas assez assidu pour la tenir à jour, pour le moment, ça va rester une simple note comme vous et moi. Or donc, il faut se méfier des modes, j’espère que vous en êtes déjà conscients. Lors de l’apparition d’une tendance, il ne faut pas hésiter à la laisser envahir un peu la rue et voir ce que ça donne sur les first adopters (aka les crétin(e)s qui portent tout ce qu’on trouve dans vogue.) afin de pouvoir juger de la réelle portabilité du bouzin vêtement. (à cause de ioudgine, je suis souvent tenté de dire bouzin, mais c’est mal et je me refreine fort fort!) Et ainsi, éviter d’avoir l’air d’une buse cosmique avec ton outfit qui fait mal aux yeux, quand bien même il est dans les pages tendances de femme actuelle.

Mais là, je vous sens dans le flou, je suppute que vous avez besoin d’une bonne illustration qui vous fera tilt direct, par suite, vous vous gausserez (haha, j’ai fait une coquille et ça donnait : gaudderez.)(hin hin, je ricane comme un crétin) et votre regard ne sera plus jamais le même.

Un exemple de tenue de femme, d’abord :

Jesus-Marie-Josèph que c’est vilain !!! et encore, sur notre modèle ci-dessus, elle porte une veste ou un genre de gilet, donc ça atténue un peu l’effet grosses-jambes-gros-cul VS tout petit buste. Moralité, tu peux avoir n’importe quelle morphologie, ça ne te mettra PAS en valeur et pour couronner le tout, le motif rendra daltonien tes amis et les passants qui n’ont pourtant rien demandé.

Maintenant, j’ai aussi une tenue d’homme (quoi qu’on est en droit de se poser des questions)(j’ai gardé le meilleur pour la fin, vous allez voir, c’est du très très lourd) :

Les connards-en-short-à-ourlet-au-dessus-du-genou fleurissent aux terrasses de bars à hipsters de mes couilles, style la Perle et autre Progrès, c’est souvent accompagné de petites pompes en toile du plus mauvais effet (dans le cas d’espadrilles, on est en présence d’une rupture de la convention de Genève, on est par conséquent en droit d’ouvrir le feu immédiatement. Il est même recommandé d’avoir recours à la grenade à fragmentation incendiaire), un cardigan étriqué sur des épaules bien frêles. Ajoutez à ça (comme sur notre exemple)(que j’ai déjà envie de gifler avec mon coude) un man purse et on a le parfait trou de balle qui fraude le métro pour faire son cool alors qu’il porte 4500 € de fringues…

Voilà, je me sens un peu blogo-pupute-modasse, mais comme je dis que du mal, je crois que ça va, je m’endormirai tranquille ce soir.

Posted in Ils sont partout!!!, La teigne | Tagué: , , , , , , , , | 22 Comments »

Brand-ade de morues

Posted by Kuhn sur mars 24, 2010

Oh oh oh, en ce moment, je suis au top de ma forme en termes de jeux de mots… Mais ce titre ne justifie pas tout, maintenant vous vous demandez de quoi je vais parler. Je suis tous les jours un peu plus ébahi par le pouvoir des « grandes » marques et l’adoration que porte le consommateur un peu con pour toutes les griffes prestigieuses. D’autant que pour certaines maisons, la came est tellement vilaine que leur succès confine à la science fiction la plus absurde, à de la SF turque, en somme.

Hier matin, j’ai encore assisté à une scène quotidienne, banale et pourtant assez hallucinante: Un groupe de jeunes filles en fleurs, probablement espagnoles, toutes excitées de se prendre en photo devant la vitrine de Chanel à tour de rôle, pour ne léser personne. Elles voulaient toutes avoir leur gueules devant les mannequins Chanel aux ensembles à 3000€ dans les mémoires de leurs compacts numériques. « C’était bien tes vacances à Paris? Ah ouais, mortel, y avait des vitrines Dolce & Gabana, on a pris des photos, c’était top!! ». On aurait dit des mouettes à la fin de la criée sur le vieux port à Marseille… Après avoir réprimé une intense pulsion de capture puis torture à base de brûlures de clopes sur les paupières de ces raclures, je me suis demandé ce qui pouvait bien les exciter à ce point. (et je doute que ce soit mes allitérations en « -ure »)

Je n’ai pas trouvé d’explication rationnelle. Premièrement, ce ne sont que des fringues. Deuxièmement, ce ne sont que des fringues, BORDEL! Le fait d’y ajouter le pictogramme Chanel ou Vuitton ne la rend pas plus belle, juste plus chère. Il y a des articles de luxe pour lesquels je « comprends » le prix: un yacht, une aston martin dernier cri ou un vinyle collector de Francis Lalanne… Mais pour un pauvre sac en cuir (quand ce n’est pas en plastique)(oui, certains modèles sont en plastique)(si si, j’te jure, sur le Coran de la Mecque), je ne comprends pas qu’on le paie 1500€ (plus qu’un smic net) sous prétexte qu’il est griffé Gucci ou Vuitton. Pour le cas de cette dernière marque (ça commence à se voir que j’aime pas trop trop Vuitton?), c’est de loin la plus chère et surtout la plus vilaine, avec des éditions limitées en mode machine à peindre et des basiques tout aussi dégueulasses bien que moins excentriques. Pourtant, leurs magasins ne désemplissent pas, et les connards d’affluer du monde entier pour lâcher le PIB du Mali dans un putain de sac à main…

Alors les grandes maisons de couture véhiculent peut être une image glamour et paillettes, ça fait rêver les jeunes dans leurs mornes banlieues pavillonnaires. Eh bah putain, paie ton rêve: porter un maximum de labels, être un genre d’homme sandwich bling bling. Avoir pour idéal de ressembler au couple Beckham, c’est un peu comme avoir envie de vivre la romance sirupeuse de Twilight; ça revient à mourir d’envie de se taper une soupe à l’urine sous prétexte qu’on nous en fait la sert à longueur de journée en la faisant passer pour de la bisque de homard. 

Je suis peut-être un peu réac’ mais de mon côté, l’affichage du logo de la marque sur un vêtement est précisément la raison pour laquelle je n’achèterai PAS. Parce que j’aime pas trop trop être réduit à la fonction d’abris bus ambulant, ni la soupe en général.

Posted in Ils sont partout!!! | Tagué: , , , , , , , | 36 Comments »

Que l’on vive à Paris, on vit tous en province quand on vit trop longtemps.

Posted by Kuhn sur janvier 19, 2010

Il a le sens de la formule ce bâtard de Brel hein?! On en a tous dans notre entourage, quand bien même on a la chance (comme moi) que nos grands parents se soient déjà « endormis pour trop longtemps », ils sont tellement nombreux qu’on ne peut échapper à leur invasion qui sent le thym, la naphtaline et un peu la pisse aussi. Allez, rock on!

Tout d’abord, ils sont beaucoup trop lents. Lents sur tous types de terrains: terrain bitumeux, terrain herbeux, terrain terreux. Sur les trottoirs, non contents d’avancer à 0.83 km/h, ils adoptent des trajectoires aléatoires qui nous empêchent de les doubler d’un souple déhanché, presque arrogant devant ces tristes pantins arthrosés. Dans les commerces, ils aiment aller aux heures de pointe, pour se sentir moins seuls ou que sais-je encore, peut être le plaisir de faire slalomer kiki-avec-son-petit-manteau-matelassé entre les clients déjà à fleur de peau après une journée d’un travail fort ingrat et bien peu rémunérateur. A moins que ce soit l’irrésistible opportunité de casser les couilles tenir la jambe à un quelconque vendeur de chaussettes pendant un quart d’heure (qui lui paraîtra une éternité). Peu importe le sujet, tout est bon tant qu’on peut le transformer en un morne pot pourri de jérémiades et de complaintes inutiles. Le classique restant la météo, mais c’est loin d’être le seul! En effet, les vieux aiment beaucoup raconter que, en gros, c’était mieux avant. Et puis avec l’euro ma bonne dame, et avec le réchauffement climatique hein, ça y a plus d’saison, et puis avec internet maintenant les jeunes, ils ne savent plus s’amuser/communiquer/parler (bon, pour le dernier, je suis un peu d’accord). J’ai toujours un peu envie de leur répondre:

« Ecoute mamie, si c’était mieux avant, fallait penser à mourir avant que ça se gâte. »

Mais les vieux n’aiment pas mourir, c’est scientifiquement prouvé. A la place, ils préfèrent décrépir lentement, parce que ça leur donne une superbe occasion de se plaindre de leur état de santé!!! Je ne vois pas bien l’intérêt de vivre jusqu’à 120 ans si c’est pour en passer près de la moitié en déambulateur, cataracte turgescente et poche fécale au côté. Visiblement, les vieux croient (à tort!) que nous exposer leurs terribles souffrances quotidiennes les rend intéressants. Mais ce n’est parce qu’on compatit distraitement qu’on s’intéresse! A quoi bon nous raconter ça puisque nous ne sommes pas (à part quelques exceptions dont c’est le métier) aptes à trouver une quelconque solution à leurs problèmes..? Dans le meilleur des cas, ça nous déprime parce qu’on se dit qu’un de ses jours on va finir pareil, dans le pire ça nous donne juste envie de faire appel d’urgence à Euthanasor, qu’il achève leur souffrance (et la notre) d’un agile coup de cuiller à pot.

J’ai aussi remarqué quelques phénomènes propres au vieillissement. Déjà, on adopte obligatoirement l’allure vestimentaire du vieux, toutes saisons confondues (le vieux ne sentant plus les écarts de chaleur): pantalon en velours côtelé remonté à mi-poitrine, chemise terne boutonnée de pied en cape, veste de costume en tweed ou autre matière qui pique de préférence dans un joli camaïeu oscillant entre le jaune moutarde et le marron caca-en-spray et on complète avec une combo long manteau bien épais/casquette béret à la française. Une autre évolution implacable: l’haleine de cimetière. C’est assez notoire comme les hommes de plus de cinquante ans se transforment progressivement en gueules de renards musqués. Et physiquement, on observe aussi un léger tassement/voutement ainsi qu’une étrange croissance du nez et des oreilles, en gros ta face retourne à la case adolescence mais puissance trois. Après, de nos jours, ce n’est plus vraiment grave d’avoir le zob tout mou, donc je ne m’étendrai pas sur le sujet.

Moralité, le rapport avantages/inconvénients est quand même beaucoup trop déséquilibré pour que ce soit vraiment sympa de vieillir. A part la sagesse (et encore, c’est bien loin d’être systématique) et le fait de voir grandir ses petits enfants (et encore, les enfants, c’est très surfait), eh beh c’est pas joli joli… D’autant que j’aime pas trop trop la Suze et Laurent Romejko, alors la vieillesse, non merci.

Posted in Ils sont partout!!!, La teigne | Tagué: , , , , , , , , , , , | 22 Comments »

2010, a new hope?

Posted by Kuhn sur janvier 5, 2010

Si vous êtes des lecteurs fidèles, vous savez ce que je pense des résolutions et que j’aime pas trop trop qu’on se dédouane la conscience à coups de « promis, cette année j’arrête d’aller chez McDo et de regarder des pornos sur internet »… pfff bidon. Donc, vous ne serez pas surpris si je ne fais pas de liste de choses que je ferai absolument ou ne ferai plus jamais à partir d’aujourd’hui. En revanche, j’ai cinq suggestions pour vous les gens, au cas où vous auriez trop envie de prendre de bonnes résolutions et que vous êtes en manque d’idées.

 

  1. Arrêtez le pop corn quand vous allez au cinéma. Parce que non, vous ne pouvez pas avoir faim à 17h30 et par conséquent votre corps n’a pas besoin d’1,5 l de pop corn pour vous maintenir en vie jusqu’à la fin du flim, même si c’est Avatar (qui est très long, genre vous ne l’avez pas encore vu). Alors oui, c’est sympa de grignoter une petite connerie devant l’écran, mais c’est aussi assez sympa de pouvoir apprécier l’ambiance et l’atmosphère du film plutôt que les bruits de bouche et de main qui fouille dans le pot.

  2. Arrêtez le non-humour. Et c’est de saison parce que entre « Noyeux Joël », les « Beaux nénés » et autres « beaucoup de santé… et du fric assez! » (on vient de me la faire celle là, à l’instant), on est bien dans les tréfonds des égouts de blague-ville en ce moment. Ah, et si vous pouviez en profiter pour arrêter de justifier la moindre connerie par « désolé(e) j’suis blonde » et faire une croix définitive sur les « dans ton cul » aussi, ça me remplirait de foutre joie!

  3.  Arrêtez de faire des enfants. Surtout si vous êtes un couple de tromblons lépreux. Et de grâce, je vous en supplie, si vous n’arrivez pas à résister à votre instinct de reproduction, si votre besoin d’assurer la domination de votre race est trop puissant; apprenez à les élever vos putains de chiards. Parce que super Nanny, c’était marrant au début, maintenant ça va, c’est bon, hein… bon, t’as compris?

  4. Révisez votre langue maternelle. Elle a beau être un peu chiante, avec ses règles à la con, elle ne mérite tout de même pas les maltraitances dont vous l’affublez. Et puis je vous garantis que ça vous servira en société et plus tard, vous me remercierez. Si. C’est vrai. (wink wink, what uuuuup!)

  5. Arrêtez de servir l’axe du mâle. Parce que merde, c’est trop la honte. On ne se rend pas service en perpétuant les mêmes conneries depuis plus de deux mille ans. Allez les gars, soyez chics… faites pas vos putes quoi!

Allez, si avec tout ça vous n’arrivez pas à me faire fermer ma gueule avant la fin de l’année, je  me fais nonne sexy qui suce la  bite à des écrivains dans leurs rêves ou je me fabrique un déguisement de foufoune géante pour aller tenter ma chance à « La France a un incroyable talent ». Sur ces paroles totalement absurdes, je vous souhaite de rencontrer de moins en moins de cons en 2010, même si je ne suis pas trop trop sûr que ça se réalise (en même temps les vœux qu’on prononce, c’est toujours un peu du domaine de la science fiction).

Posted in Ils sont partout!!!, La teigne | Tagué: , , , , , , , , , | 26 Comments »

Kiss my art

Posted by Kuhn sur décembre 18, 2009

Ca existe dans toutes les formes d’art: théâtre, danse, musique, macramé, origami, j’en passe et des meilleurs… Ces connards (et connasses aussi, hein, y a pas de raison) qui se la racontent artiste parce que c’est la classe en soirée de dire « j’suis côôômédien » ou « j’fabrique des bijoux à partir de pelottes de réjections de chouette ketoupa roux » tout en se tortillant les cheveux de manière aléatoire, distraite et parabolique. Les plus violents, font dans l’art contemporain, ils font des performances, ce qu’ils veulent c’est choquer ou dénoncer des trucs dont tout le monde est déjà conscient ou se branle allègrement. Le tout en se prenant très très au sérieux et avec une absence totale de second degré.

Ce n’est que mon avis, mais l’art avec un grand A se doit de faire ressentir quelque chose au spectateur, peu importe l’émotion, du moment qu’elle est forte. L’idée est que l’œuvre soit un genre de catalyseur entre l’artiste (et ses émotions) et son public. Ouais, sauf que du coup y a des tas de charlatans qui utilisent empiriquement l’argument massue de « ouais, mais c’est de l’ââââârt, tu peux pas comprendre… » et en profitent pour vendre leur merde à tour de bras.

Je ne sais pas si vous avez déjà foutu les pieds dans un vernissage d’art contemporain, mais c’est quand même bien souvent la foire à la chaussette du n’imp’! Le pire de la branlette artistico-culturo-vaporetto-intellectuelle, c’est quand même les performances. Je vous explique: vous prenez un artiste autoproclamé, quelques complices à la prétention égale mais avec un peu moins d’audace et d’imagination, ajoutez à cela votre idée la plus débile incluant un minimum d’interactivité et voilààà! C’est comme ça qu’une poignée de connards passe un quart d’heure à cracher à la verticale sur un appareil à raclette chauffé à blanc ou qu’un autre crétin cosmique nous propose de défoncer un mur en parpaings à coups de boules de pétanque… eh ouais mes petits potes, ces deux exemples ne sortent pas de mon imagination, c’est du vécu authentique!! N’essayez pas de chercher ce que les prétendus artistes ont voulu provoquer chez le spectateur, la réponse est toute trouvée: une espèce d’ersatz d’admiration macérée dans un épais jus d’autosuffisance et de snobisme de haut vol. En revanche, côté émotion ou beauté, c’est le désert de Gobi…

Ca fait plus de trente ans aussi que l’art souffre d’une pandémie: l’auto-portrait-moche-de-femme-à-poil-avec-des-nichons-qui-font-bien-trop-souvent-la-tronche. En général, les artistes en question trouvent que l’épilation des aisselles et de la moule ne sont que le reflet de la dictature du grand capital, donc c’est vraiment pas joli joli. Ca fait belle lurette que la nudité ne choque plus vraiment, ce n’est plus qu’une vile ficelle pour attirer le voyeur qui sommeil en chacun de nous ou un habile subterfuge pour l’artiste de réaliser ses fantasmes les plus odieux. (attention, le dernier lien est très NSFW + NSFYB) (not safe for your brain).

Y a un autre truc qui me fait bien pouffer dans ma maigre barbe: les VJ, c’est à dire comme un DJ, mais avec de la vidéo. Si ça c’est pas une discipline de gros branleur!!! En gros: tu chopes sur le net quelques vidéos d’un grande métropole, que tu mettras en accéléré, quelques photos de trucs arty-geek-mes-couilles (genre des art toys ou une maquette de goldorak en allumettes), des autoportraits en combo slip kangourou+chapka, une fausse pub pour de la lessive et un random truc à moitié de cul; tu mélanges le tout et hop, le tour est joué!! Pas besoin que ça soit en rythme, plus c’est saccadé et sans aucun lien logique, plus on va trouver ça original et décalé.

Attention début de conclusion super péremptoire: L’art est l’essence même de la vie. Mais c’est aussi la plus grosse porte ouverte de la création pour le n’importe quoi foutraque. Alors l’Art oui, mais j’aime pas trop trop que des poseurs s’en serve pour faire leur beurre en vendant du flan.

Posted in Ils sont partout!!!, Raaaahhh!! | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 13 Comments »

Les faux besoins.

Posted by Kuhn sur décembre 16, 2009

Comme tout un chacun (cette expression n’est pas assez utilisée je trouve), il m’arrive de regarder la télé. Par conséquent, il m’arrive plus souvent qu’à mon tour de devoir subir des messages publicitaires. Par voie de faits, je me sens parfois assailli par l’envie d’acheter des produits dont je n’ai pas vraiment besoin. Oui, il m’arrive d’être une grosse victime. Parfois. MAIS, la majeure partie du temps, je garde mon sens critique et une vision acerbe de toute cette mascarade.

"Un régal pour vos fonds de culotte!"

 Rassurez vous, lecteurs qui ne me faites pas assez confiance, je ne vais pas me lancer dans la fausse polémique des mannequins supra maigres et vous connaissez (je l’espère) mon opinion sur les guerilleros anti pub. En revanche, je me trouve souvent éberlué par les couleuvres que les publicitaires tentent de nous faire avaler. Vous savez, ces trouvailles inutiles qu’on tente de nous vendre comme de véritables révolutions ou pour le must have, alors que c’est complètement dispensable. (dispensable, ça veut dire qu’on peut doit s’en passer)

Commençons par cette dernière catégorie: Les faux must. C’est particulièrement courant en matière de trucs « bons pour la santé », comme actimel ou saint-hubert-oméga-3-je-sais-pas-quoi-mes-couilles. Grâce à Jacques Weber, Corinne Touzet et n’importe-quel-produit-laitier, on peut combattre son cholestérol et son diabète en bouffant du beurre et un genre de lait sucré en micro bouteille!! Si ça c’est pas extraordinaire! Avant, il fallait aller chez le médecin, qui nous prescrivait des traitements, incluant souvent des pilules bien trop relous à avaler ou d’horribles piqures qui font mal à nos petits bras frêles… Mfouahaha, maintenant, c’est du passé tout ça: il suffit de bouffer un yaourt et le tour est joué!! La majeure partie de ces produits sont lancés par des filiales de Nestlé, qui possède (je ne sais pas si vous êtes au courant, mais je suis comme ça, je vous donne tout!) des laboratoires de recherche pharmaceutique. Et comme par hasard, l’efficacité de leur came est toujours « scientifiquement prouvée »… haaaa… haaa… haaaaaaaaa..aa… ah. C’est la même chose chez l’Oréal, dont les shampoings agissent dès la première application, vous épaississent les cheveux et les dotent naturellement d’un brillant éclatant qui fera plisser les yeux à votre entourage. Tout ça est bien sûr, scientifiquement prouvé!!

Ensuite, les révolutions en carton, comme le shampoing au ciment-céramique (!!!)(je suis certain d’avoir vu ça, mais je ne retrouve pas la marque ni la pub, celui ou celle qui remet la main dessus gagne mon respect à tout jamais, et un bisou virtuel!) ou comme les sachets de lessive qui se dissolvent directement en machine. Dans les cosmétiques, ils sont super balaises, toutes les deux semaines, ils trouvent un nouvel ingrédient magique qui résout exactement le problème de cheveu/peau/sécheresse vaginale dont vous êtes victime! Si c’est pas beau ça! Et ils ont de l’imagination, parce que depuis quelques années les trucs à base de plante, on les a déjà tous essayés; alors on y va à base de protéine de perle, de caviar, bientôt à base de ouiche lorraine! Vincent MacDoom (quel grand monsieur, madame, m’sieur dames!) a d’ailleurs fait rejaillir sa puissante notoriété sur une crème à base de sperme, vendue à prix d’or (bon c’était peut-être un genre d’hoax, mais ça ne m’étonnerait qu’à moitié). C’est tellement n’importe quoi que je n’arrive pas à trouver d’exemple plus outré que ce qui existe déjà. J’aime bien aussi les lessives spécial blanc/noir/tout-mélangé-parce-que-vous-êtes-trop-des-vieilles-raclures-de-flemmards, qui empêchent les tâches de déo, font le café et rendent les enfants mignons et silencieux, c’est quand même de la bombe de balle, non?!

Y a un dernier truc qui me fait bien marrer, c’est les produits « spécial homme ». De plus en plus de marques de cosmétiques ou de shampoings inventent des produits directement à l’attention des hommes. Genre, Head & Shoulders (au passage, très marrant comme nom de marque pour un shampoing antipelliculaire) qui a sorti un produit masculin; du style si une femme l’utilise, le shampoing il laisse les pellicules! Les principes actifs sont sûrement entraînés à reconnaitre le cuir chevelu masculin ou féminin et agissent (ou pas) en conséquence. C’est scientifiquement prouvé (par des laboratoires qui appartiennent au même groupe et que nous contrôlons).

Voilà, on nous prend bien pour des branques, mais s’ils le font c’est que les gens tombent dans le panneau comme des gogols. Alors, j’aime pas trop trop qu’on me prenne pour un guignol, mais c’est fait avec tellement d’inventivité que, je les pardonnerais presque.

Posted in Ils sont partout!!!, Raaaahhh!! | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 16 Comments »

Les enfants, ces ordures.

Posted by Kuhn sur novembre 10, 2009

Non, je le reconnais, je n’ai pas la fibre paternelle. Probablement parce qu’aucun des enfants que j’ai rencontré jusqu’ici n’était mon enfant. Peut-être parce que je me sens encore trop jeune et égoïste pour avoir un enfant. Certainement parce que les enfants, c’est des gros relous dont la seule et unique fonction est de casser les couilles des adultes, surtout dans les lieux publics.

orphan09-3-13

Dimanche, je suis allé voir « This is it » au grand Rex, le film est extraordinaire, j’ai eu envie de pleurer pendant deux heures tellement je suis triste que ce génie soit mort. Pourquoi lui? Alors que dans la salle, j’aurais bien soumis la candidature d’une soixantaine de chiards, gavés de pop corn et de soda, qui trouvent que le ciné c’est mieux quand on passe la séance à fourrager dans son sac à bonbons en plastique. Et ces petits enculés (accompagnés de leurs débiles de parents/mamie/cousins), à partir de la moitié du film, ont décidé d’exprimer leur enthousiasme de frapper dans les mains à contre temps (bien sûr, sinon c’est pas marrant) à chaque morceau. Ce qui m’amène à un point qui me semble primordial:

POURQUOI LES GENS APPLAUDISSENT AU CINEMA????!!!

Ils applaudissent qui, les gens? L’écran? Le projectionniste? Les fauteuils? Même devant un navet, ça m’énerve alors vous imaginez mes pulsions meurtrières devant « This is it »… J’avais un peu envie de rappeler aux enfants que Michael, il aimait bien leur faire des bisous dans les fesses et leur fourrer la langue dans la bouche. (même si j’ai toujours fait partie des défenseurs de Michael et que j’ai toujours pensé que si effectivement, il avait un peu une case en moins, il était surtout totalement incapable de faire du mal à une mouche)(alors une mouche mineure…) J’aurais bien utilisé la calomnie pour faire fuir cette foule en doudoune Bob l’Eponge et baskets à roulettes (quelle horreur ce truc)(si je croise l’inventeur, je lui fais bouffer ses baskets par l’urètre) histoire d’être pénard, entre gens de bonne compagnie, enfin majeurs quoi!

Il devrait y avoir des lieux publics avec option « sans enfants ». Quel bonheur ce serait de prendre le TGV sereinement, assuré de ne pas avoir à subir les jérémiades d’un immonde moufflet au nez débordant d’une morve verdâtre!! Quelle joie ce serait de se rendre au parc, libéré de la menace d’un ballon de foot dans les noix ou d’un super sucker déchargé en plein visage par un de ces ignobles rejetons des enfers. Quel plaisir de se délecter d’un golden menu bien garni, soulagé de l’angoisse d’un Fanta 50cl renversé sur les converses all star toutes neuves ou d’un scandale parce que la grande sœur a piqué le jouet du Happy Meal… Autant d’épées de Damoclès qui gâtent toujours un peu ces plaisirs simples et délicats.

En plus, impossible d’avoir une conversation intéressante avec un gosse. On n’a pas les mêmes centres d’intérêt… Moi j’en ai rien à foutre de Dora l’exploratrice et de Lorie, et si je leur parle de la prestation de De Niro dans « Raging Bull » ou de la douleur qui émane du solo de « So Real » de Jeff Buckley, ils me regarderont de leur œil vide et morne, tout juste bons à réclamer la nouvelle génération de Power Rangers à Noël…

Enfin, les enfants, ça mange salement. Bon, pas toujours, mais quand même. Je dois le reconnaître, c’est un peu complètement la faute des parents, mais rien de tel pour me couper l’appétit et me donner envie de fourrer les couverts dans les yeux des gueulards!! Le plus incroyable, c’est que plein de gens trouvent ça mignon quand les gamins ont la gueule recouverte de chocolat. Hum, non, c’est dégueulasse!

 Ca changera peut-être (j’espère) quand j’en aurai moi-même, et je peux vous assurer que le cas échéant, je saurai les élever et ils se tiendront correctement dans les lieux publics. Mais pour le moment j’aime vraiment pas trop trop les enfants, qui ont quand même un énorme potentiel casse-couillant et malgré quelques fugaces moments de mignonnerie intense, ça ne compense pas.

ps: et je souhaite un très bon anniversaire à ma maman. <3

Posted in Ils sont partout!!!, Raaaahhh!! | Tagué: , , , , , , , , , | 35 Comments »

Incredible India

Posted by Kuhn sur novembre 2, 2009

L’Inde, immense pays d’un milliard d’habitants, à l’histoire millénaire, riche d’un mélange de plusieurs cultures et moult traditions séculaires, un véritable et authentique dépaysement, quoi. Bon, c’est gigantesque comme pays, donc en un mois je n’ai pas vu la moitié des états qui le composent, mais j’ai pu me faire une bonne idée de l’Inde du sud. On y trouve des ruines et des temples/églises/synagogues de folie, une nature luxuriante et débordante de faune et de flore extraordinaire, des plages de sable presque vraiment complètement blanc avec de l’eau à 25° et encore plein de choses merveilleuses. MAIS, comme vous vous en doutez sûrement, je ne vais pas vous parler de ça. Je vais bien sûr m’attarder sur toutes les aberrations de la culture indienne, et il y en a des tonnes! Bien entendu, ce que vous vous apprêtez à lire avec délectation et en vous esclaffant d’un rire coupable et cependant jouissif ne sont que les observations d’un occidental, confronté à une culture qui lui est presque totalement étrangère et puisqu’on ne juge que d’après ce qu’on connait, c’est pas très juste, mais c’est plus marrant.

bollywood

Avant tout, petite mise en garde qui vous évitera de vous faire banane comme moi: on va forcément vous demander (en hochant la tête sur les côtés et un très fort accent) « first time in India? » et là, il est très TRÈS important de répondre « no ». Sinon, vous êtes bons pour un couplet très rapide et super bien étudié à base de « I give you very good price, very cheap, beginning of the season, very cheap, you will pay ten times the price but you won’t realise you foolish western people, and for 10 more roupies I put my fat dick in your ass and fuck it up with no lubricant and just a touch of curry… » désolé pour les gens qui ne parlent pas anglais, en gros ça veut dire qu’on se la fait mettre en beauté pour 10 fois le prix et avec le sourire. Maintenant que vous êtes bien mis en garde, laissez moi vous raconter les merveilles de l’Inde.

Les indiens sont capables de tout faire dans la rue, sans aucune gêne. Genre ils mangent et dorment par terre, font leurs besoins (oui, TOUS leurs besoins) dans les coins, se lavent les dents, se curent les pieds etc. La notion d’intimité a gentiment été effacée par des générations de familles qui vivent dans la rue. C’est un peu triste et super dégueulasse. Tiens, en parlant de dégueulasse, autant le dire tout de suite: en Inde on ne connait vraiment pas l’utilité des poubelles. Je vous assure que je n’en rajoute pas quand je vous dis que j’ai vu des tas de gens jeter leur bouteille vide/papier gras de samosa/ emballage de noix de cajou par terre, à moins de 83 cm d’une poubelle. En fait, l’hygiène publique des indiens est inversement proportionnelle à la beauté de leur nature. C’est magnifique naturellement, complètement immonde manuellement. Je n’ai pas vu un seul cours d’eau qui ne contienne au moins 83% de merde d’humain/de chien/de vache et où surnage une épaisse pellicule de détritus. Et ça, c’est juste la vision, je ne vous décris pas l’odeur, au cas où vous me lisez en mangeant un truc. Et ils ont cette manie de cracher tout le temps, partout; même de la fenêtre du bus ou du train. Et puis tout le monde (même les femmes!) lâche d’horribles molletons avec bien souvent l’option gros raclage de gorge en préambule. Ça me choquait déjà en France, mais c’est du pipi de chat à côté de l’Inde…

Comme nous avons un peu bougé dans le sud du pays, nous avons été obligés d’utiliser les moyens de transport indiens, principalement des trains et des bus. Avant toute chose, il faut oublier le rapport distance/temps auquel on est habitués en France, tout de suite! Parce qu’en Inde, pour faire 83 km, ça ne les choque pas du tout de passer 4 ou 5 heures dans un bus, c’est normal et tout le monde prend son mal en patience dans le calme (relatif, parfois on a le droit à des DVD de clips de pop indienne avec les hauts parleurs à fond dans ta gueule). Si on vous vend un bus « deluxe » climatisé avec couchettes, attendez vous à des sièges inclinables et des mini ventilateurs qui ne se mettent jamais en marche, en gros pour l’air conditionné, vous n’avez plus qu’à vous en remettre à l’ouverture de votre fenêtre, par laquelle vos voisins de derrière se pencheront tous les quarts d’heure, pour lâcher leurs gros mollards, ça va sans dire. Quant au train – qui n’est pas plus rapide que le bus, il faut tout de suite oublier la rapidité du TGV, en général on fait des pointes à 45 km/h et la vitesse de croisière est plutôt autour de 30km/h – c’est tout aussi folklo. On a le choix entre plusieurs classes dont la sleeper, celle que tous les indiens prennent, très vivement déconseillée. D’abord parce que c’est la grosse baston pour avoir une place assise, que c’est super blindé et que les indiens ça ne les gêne pas plus que ça de te marcher dessus pour atteindre leur place. Parce que des marchands ambulants passent régulièrement pour proposer du chai ou du café/des samosas/des biryanis/des cacahuètes et que du coup, en seulement une demie heure de trajet, le wagon est un genre de déchetterie sur rails. Parce que les mendiants cul-de-jatte et autre lépreux (je n’en rajoute pas, on en a vraiment croisé un dans le train) y sont légion et qu’ils ne lâchent pas l’affaire facilement. Enfin, vous pouvez oublier la clim et dans un pays où il fait genre 35°C à l’ombre, vous imaginez l’ambiance à l’intérieur d’une boîte de conserve en plein cagnard, d’autant que le déo, c’est plutôt un produit de luxe réservé aux nantis (respirer par la bouche pendant 14 heures, c’est un peu relou) et la matière préférée des indiens pour leurs chemises, c’est le lycra.

Les femmes sont très couvertes, les hindous comme les musulmanes ou les chrétiennes, combattent la chaleur avec des mètres de tissus. Conséquence: les mâles sont en sang quand ils croisent une occidentale, surtout quand il fait chaud et que du coup elle a pas super envie de porter un col roulé. Que ce soit pour ma fiancée, qui en plus est super bonne, ou pour moi; c’est marrant un fois ou deux mais ça devient rapidement très oppressant. Parce qu’en plus de scotcher très lourdement, tu as beau essayer de leur faire comprendre que ça te gène, rien à foutre ils lâchent pas l’affaire, pire que les italiens. Un peu comme un gamin devant son premier film érotique sur M6, y a rien de vraiment excitant, mais à côté du club Dorothée, un bout de nichon c’est la fête! Ça rend les balades en ville un peu pénibles.

Ce qui m’amène à mon dernier point: l’incessante sollicitation de l’occidental. Il ne faut pas se faire d’illusion, la couleur de notre peau nous trahit direct et pour les commerçants, on est vraiment des portefeuilles ambulants. Bien sûr on en profite aussi, la puissance de notre monnaie est indéniable, donc on se fait plaisir et on achète la moindre merde qu’on trouve un peu jolie ou marrante. Mais y a des moments (en fait, presque tout le temps) où on a envie qu’on nous foute la paix. Et ils sont coriaces les bougres, ils seraient capables de te vendre leur grand-mère et d’organiser la livraison! Au début du voyage j’étais hyper poli et je me justifiais « non, c’est gentil mais j’ai déjà des statuettes de chaque divinité, c’est pas la peine, mais merci, c’est super, j’te kiffe, allez, bisous » à la fin, j’étais une vraie kaïra et le pire, c’est que ça ne les gène même pas! Tu les jettes super sèchement, ils ne se formalisent pas et se disent juste que c’est pas la peine d’insister… Il ne faut pas hésiter non plus à continuer de marcher en les ignorant purement et simplement quand un mec vous suit en vous sortant son bla bla; ici je trouverais ça complètement humiliant et vilain, là bas, c’est normal et surtout une énorme économie de temps et d’énergie.

Voilà, j’ai encore plein de détails incroyables (comme la conduite au klaxon, ces gros enculés de moustiques, les rickshaws et bien plus encore) mais vous avez déjà un bon aperçu de ce que ça donne en Inde. Il ne faut pas que ça vous dissuade d’y aller, ça vaut vraiment le coup et côté dépaysement, ça tient ses promesses. Toutes ces expériences, bien que parfois assez angoissantes sur le moment, sont au retour bien marrantes et c’est ce qui rend un voyage inoubliable.

Posted in Ils sont partout!!!, La teigne | Tagué: , , , , , , , , | 20 Comments »

Les mystères de l’humanité EP01

Posted by Kuhn sur septembre 3, 2009

Bienvenue dans « les mystères de l’humanité », ensemble nous allons découvrir et tenter de comprendre une multitude de phénomènes propres à l’homme (en tant que race) et qui en fait définitivement un être à part. Pour le meilleur et pour le pire.

Aujourd’hui, le crachat.

cirque%20du%20petit%20journal

Mise en situation: J’étais tranquillement en train d’hésiter entre pendaison et saut désespéré sous une rame de métro pour mettre fin à ma journée d’ennui au boulot lorsque j’ai aperçu une bande de cinq ou six jeunes, entre 13 et 17 ans, habillés avec un goût prononcé pour les marques tape à l’œil et les vêtements mal ajustés. Ils se sont posés à quelques mètres de moi alors que je fumais ma clope pour essayer d’oublier ma triste condition, mon temps d’observation a été de 3 minutes et 48 secondes environ. Ils ont lâché 8,3 litres de bave (marge d’erreur de 10%).

Etude: Les sujets étaient peut-être atteints d’un syndrome rarissime qui provoque une surproduction de bave, dont ils doivent malheureusement se délester de la manière la plus rapide (donc la moins classe) possible. Mais je doute de l’existence d’une telle maladie. Les sujets étaient peut-être assaillis par un insurmontable besoin de marquer un quelconque territoire, ce qui réduirait ces mêmes  spécimens humains à des espèces de roquets impuissants mais rassurés par l’expansion de leurs sécrétions. Enfin, le crachat est peut-être un loisir comme vous et moi, tout simplement destiné à braver la morosité des premiers jours de septembre; de la même manière que certains fument, jouent aux dominos ou perdent des journées entières sur facebook. A la différence près que la bave est tout de même bourrée de bactéries et autres restes du kebab de « ce midi », ce qui est bien dégueulasse.

Conclusion: J’aime pas trop trop les porcs qui répandent leur bave sur les trottoirs de notre chatoyante capitale. A bientôt pour de nouvelles découvertes et de passionnants mystères. En vous remerciant, bonsoir.

 psti: non, comme vous me le faites judicieusement remarquer, l’image n’a aucun lien avec l’article, mais je la trouvais drôle… et je vous emmerde!!

Posted in Ils sont partout!!! | Tagué: , , , , | 19 Comments »